Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 Jan

" Le Pouvoir " de Naomi Alderman (2018)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" Le Pouvoir " de Naomi Alderman (2018)

4ème de couverture :

 

ET SI LES FEMMES PRENAIENT ENFIN LE
POUVOIR DANS LE MONDE ENTIER ?

 

" Aux quatre coins du monde, les femmes découvrent qu'elles détiennent le "pouvoir".

Du bout des doigts, elles peuvent infliger une douleur fulgurante - et même la mort.

Soudain, les hommes comprennent qu'ils deviennent le "sexe faible".

Mais jusqu'où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ?
"

 

« Électrisant ! Choquant ! Décoiffant ! Vous ne regarderez
plus jamais les choses de la même façon… »
  Margaret Atwood, auteur de La Servante écarlate

« Mettre en lumière les travers des humains
et continuer d’éveiller les consciences :
c’est là que réside le pouvoir de ce livre. »
Aurélie Janssens, librairie Page et Plume, Limoges

« Une écriture électrique. Un rythme endiablé. Si le pouvoir
change de camp, pour le meilleur comme pour le pire,
ne passez pas à côté : Lisez ce livre ! »
Charlotte Desmousseaux, librairie La vie devant soi, Nantes
 
 
 
Encore un exemple flagrant de couverture qui déchire tout sur son passage ! La première fois que je l'ai vue, j'ai tout de suite su. Et puis la mention de Margaret Artwood ("La Servante écarlate") déclarant de ce livre qu'il est "électrisant" ça a le mérite de donner envie ! 
Le propos du livre est quant à lui terriblement d'actualité : féministe, engagé... mais pas que !
Imaginons une mutation chez l'humain (de sexe féminin, certes)... et cette soif de vengeance - accumulée depuis des millénaires face à l'oppression des hommes - qui explose... ça ferait mal, vous ne trouvez pas ?
Imaginons que cette mutation fasse des femmes de véritables furies armées d'électricité... vous auriez plutôt intérêt à vous planquer !
 
Le Pouvoir s'attache à suivre les parcours de plusieurs personnages, cela sur plusieurs années jusqu'à un événement déterminé (et déterminant pour l'avenir de l'humanité). Le tout est entrecoupé de divers sources et documents dont vous comprendrez aisément la signification ainsi que la portée. 
Parmi ces personnages différentes personnalités. Des filles, des femmes qui vont devoir apprendre à vivre et à maîtriser leur nouvel organe électrique. Mais aussi des hommes qui vont devoir apprendre à vivre dans un monde dominé par les femmes. Un monde... dangereux. Parce que oui, ce livre est extrêmement intelligent et ne nous ne propose pas une vengeance féminine des plus basiques. Non, il pousse la réflexion à son paroxysme en imaginant un demain qui pourrait véritablement menacer la survie de l'humanité. 
Alors oui, parfois on comprendra cette soif de vengeance, surtout à l'encontre de violeurs, de pédophiles. Mais tous les hommes sont-ils mauvais par nature ? Outre leur genre ? Parce que la soif de pouvoir peut tous nous conduire à l'excès et à la démesure, peu importe que nous ayons un pénis ou un vagin. Peu importe qu'on maîtrise notre arc électrique ou qu'on en soit dépourvu. Et les parcours des différents protagonistes vont aisément pimenter notre perception du bien et du mal. Jusqu'où la vengeance peut-elle aller ? Où s'arrête la vraie justice et où commence la tyrannie ? La fin justifie-t-elle les moyens ? 
Vous l'aurez compris, on se questionne énormément dans Le Pouvoir. Notamment en ce qui concerne la fiabilité des sources historiques et leur possible détournement par les copistes... Réécriture de l'Histoire, manipulations, manque d'objectivité, propagande... l'Histoire ne fait que se répéter, ne trouvez-vous pas ? 
L'autre cri d'alarme de ce récit c'est de prendre garde aux dérives : notre brûlante actualité en est la parfaite illustration avec cette escalade de la violence qui plonge petit à petit notre société dans un certain puritanisme. Le grand écart des extrêmes et les déviances que cela entraîne : l'extrémisme en tête. 
 
 
 
MA NOTE : 19 / 20 
 
Le Pouvoir est une véritable bombe idéologique. Voilà une dystopie intelligente, profonde, trouble qui engendre fatalement une réflexion poussée et intense. Quand on fait partie du camp des opprimés on rêve tous d'avoir le pouvoir. Mais si on l'avait vraiment, ferions-nous mieux que ceux qui jadis nous opprimaient ? Ne tomberions-nous pas dans le despotisme et la paranoïa ? Cruel dilemme que cette immuable opposition des sexes, cruelle espèce que l'humain...
Finalement, après avoir lu ce livre, le féminisme et le machisme me paraissent être une saleté d'hérésie qui nous précipitera droit dans le mur si nous n'y prenons pas garde. Car tout est question d'équilibre, faire pencher le pouvoir d'un côté de la balance n'amènera jamais rien de bon. Oui, Le Pouvoir est un plaidoyer humaniste, un vibrant appel à davantage de mesure, de temporisation. Arrêtons cette éternelle guerre des genres/sexes, aimons-nous, bordel, car l'homme et la femme ne font qu'un au final !
Prenez garde cependant à la dureté de certaines scènes. Société matriarcale ne rime pas forcément avec monde des Bisounours, ça non... âmes sensibles s'abstenir, vous n'êtes pas au bout de vos surprises ! 
 
Commenter cet article
L
Je l'ai acheté il y a une semaine. Du coup, je sens bien que je vais le sortir dans peu de temps à voir tout ces avis positifs.
Répondre

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...