Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Jul

ALISS de Patrick Senécal (2017)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

ALISS de Patrick Senécal (2017)

Regarde-moi cette couverture, merde ! Dès que je l'ai vu, j'ai su ! Parfois les livres te parlent et c'est comme une évidence. Aliss, il fait partie de ces livres-là.

L'auteur, ça fait un p'tit moment que je le vois passer sur les réseaux sociaux. C'est surtout de ses deux précédents romans dont j'ai entendu parler mais en découvrant la 4ème de couv' du p'tit dernier à être paru en France, je n'ai pu que sauter à pieds joints dans cette réécriture d'un célèbre conte...

 

4ème de couverture :

 

" Alice a dix-huit ans. Curieuse, intelligente et fonceuse, elle décide un jour de quitter sa province pour s'installer à Montréal. La métropole. La ville de tous les possibles.

À son arrivée, suite à une rencontre inattendue, Alice débarque dans un quartier peuplé d'excentriques. Comme Charles, mathématicien dandy et tourmenté ; Verrue, fumeur de joints et amateur de chansons populaires ; Andromaque, poétesse et tenancière d'un club de strip-tease un peu " spécial " ; ou les inquiétants Bone et Chair, fascinés par la torture.

Alice mord la vie à pleines dents, prête à tout pour entrer dans le mystérieux Palais, où les hôtes privilégiés de la Reine Rouge se réunissent pour laisser libre cours à leurs fantasmes les plus extravagants, ou les plus cruels... "

 

Né au Québec en 1967, Patrick Senécal a ouvert une voie à part dans le monde du thriller. Il s'est ainsi acquis un public fidèle au Canada, où ses livres sont des best-sellers. Un succès couronné en France du prix Masterton du meilleur roman fantastique pour Sur le seuil, et au Canada du prix Boréal du meilleur livre pour Aliss, son troisième roman publié chez Fleuve Éditions, après Le Vide (2015) et Hell.com (2016).

 

" Alice au pays des merveilles revisité en mode fou, en mode génial, en mode québécois ! Jubilatoire, ce livre choc va vous faire passer de l'autre côté du miroir... pour de vrai ! "

Caroline Vallat, libraire FNAC Rosny 2

 

" Un roman sanglant à l'érotisme débridé, à ne pas mettre entre n'importe quelles mains. "

La Presse - Montréal

 

Le pont Jacques Cartier de Montréal

Le pont Jacques Cartier de Montréal

Bon, alors autant être cash : quand un livre commence par un telle citation, c'est obligé que je me jette dedans. Et tant pis pour les autres (et nombreuses) obligations livresques.

La vie c'est aussi se faire plaisir, non ?

Parce que votre servante ne vénère qu'un seul dieu en ce monde, et son nom est Trent Reznor !

 

I want to know everything

I want to be everywhere

I want to fuck everyone in the world

I want to do something that matters

Nine Inch Nails

-> La fille qui se retrouvait coincée entre deux arrêts de métro...

 

On le répète toujours aux jeunes filles : les grandes villes et le métro c'est vachement dangereux ! Et notre Alice ne va pas déroger à la règle.

Alice c'est la jeune fille modèle, ou plutôt qui est bien ancrée dans son époque : contestataire, belle, impétueuse, indomptable et intelligente surtout. À peine majeure, Alice a envie de se sentir vivante, de profiter de la vie avant qu'il ne soit trop tard, quoi. Alors oui, elle vit dans une banlieue (canadienne certes) où il ne se passe pas grand chose. Comme tous les jeunes de son âge, elle rêve de la grande vie, et elle s'imagine comme beaucoup de gens de son âge que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue dans les grandes villes. Ah ! les stéréotypes ont la vie dure, ma bonne dame !

Mais ses parents ne le voient pas de cet oeil-là, et puis quoi encore ? Pas question ! Le ton monte, et la chute, inévitable : à trop tenir tête à son paternel Alice se retrouve au pied du mur. Elle peut partir mener la grande vie à Montréal mais si elle ose aller à l'encontre de l'avis parental pas la peine de revenir. Faut pas le dire deux fois à Alice, elle démarre au quart de tour.

Et hop ! Montréal, bonjour !

Dans le métro, une drôle de rencontre. Un gars qui a perdu son portefeuille, Alice qui cavale pour le lui rendre. Parce que oui, si ça nous arrivait on aimerait quand même bien (sans trop y croire) que quelqu'un en fasse de même pour nous. Et puis le piège qui se referme : Alice quitte la rame de métro et débarque dans un quartier inconnu de Montréal. Il semble à la fois proche et très loin du centre-ville, un peu comme s'il était coincé dans un no man's land... Alice y voit un signe du destin, et c'est peut-être l'occasion de poser ses maigres bagages et de se poser les bonnes questions, à commencer sur elle-même et ce qu'elle veut vraiment...

Tout comme elle, on va découvrir pas à pas ce quartier complètement halluciné peuplé d'excentriques, de marginaux, de fous... peut-être pas si fous que ça en fait... Un quartier avec ses propres règles et dans lequel il est conseillé de laisser de côté la morale bien-pensante du monde de là bas.

Alice devient donc Aliss, une nouvelle version d'elle-même prête à tout pour trouver la réponse à LA question. Mais sera-t-elle prête à franchir les nombreuses frontières qui ne manqueront pas de se présenter à elle ?

La vie n'est pas toujours un conte de fée...

 

-> Se faire couper ou perdre la tête ?

 

Alors cette version-là d'Alice... putain qu'elle est trash & glauque à souhait ! Mais tellement plus réaliste bien qu'une touche de fantasy subsiste pour les esprits les plus étriqués. Cette Alice-là elle est pas du tout lisse ! D'où le ALISS, pourrait-on dire... (Chair & Bone sortez de ce corps !!!)

Montréal... Mont Royal... mont des merveilles où l'on trouve de la Royale, une drogue putain qu'elle doit être bonne ! Un peu comme l'avait fait Anne Rice en réécrivant une histoire très connotée SM (pour ne pas dire QUE ça) de la Belle au bois dormant, Patrick Senécal se livre à une odyssée humaine très urbaine et très sombre. L'innocente jeune fille assoiffée de découvertes & d'expériences, qui pense être ce qu'elle n'est pas et va jusqu'à se corrompre et se perdre tout ça dans la veine illusion d'être quelqu'un, d'être acceptée, ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Si ? Beaucoup de "jeunes" passent par cette phase, pas évidente du tout à passer qui plus est. Ça s'appelle devenir adulte, qu'il paraît.

Ici, Aliss va pouvoir expérimenter des drogues de différentes sortes, écouter les enseignements vaporeux d'un vieil homme qui croit se réincarner en papillon, découvrir ce que cache le Palais et sa Reine Rouge, travailler dur pour gagner sa croûte, éviter de se mettre en danger... je n'en dirai pas plus parce que tout est dingue et halluciné dans ce roman ! Un humour corrosif, comment ne pas résister à l'humour so british, lourdingue & décalé de ce duo improbable de Chair  & Bone, un transfuge de Dupont & Dupond... mon dieu, je ne pourrai plus les voir sans en avoir un souvenir perverti à jamais, n'est-ce pas mon bon Bone et mon cher Chair ! Et encore, là je vous livre le gimmick le plus ridicule... y en a des bien pires, croyez-moi !

Alors oui, un roman à ne pas mettre dans toutes les mains, parce que voilà : corsé et olé-olé ! Pis du trash et du sanguinolent car quand on vous dit que deux personnages sont fascinés par la torture, qu'est-ce que vous vous imaginez ? Là on parle de la torture élémentaire, le tout justifié par d'obscures thèses scientifiques...

Et la Reine Rouge dans tout ça ? Qui est-elle ? Que veut-elle ? Pourquoi est-elle ? Tout comme Aliss on va se répéter inlassablement la question. On va être fasciné par ce quartier, on va y avoir nos habitudes, se réjouir de retrouver certains de ses habitants, en détester d'autres. On est comme à la maison. OK, je sais, j'ai un paquet d'araignées au plafond, et alors ?

Enfin, il y a les scènes chocs, les dialogues qui vont te pousser à regarder à l'intérieur de toi, à chercher après ton âme. Il y a ces quelques phrases qui vont te faire pleurer tant elles débordent de souffrance, tant elles te rappellent que la vie c'est le passage d'une succession de frontières aussi. Que ça n'a rien d'un long fleuve tranquille et c'est tant mieux car on se ferait rudement chier, tu trouves pas ?

Et dans Aliss, tu vas passer de la gerbe à l'orgasme, et c'est pas peu dire ! Tu vas même en redemander !

< EXTRAITS >

 

" - Est-ce qu'l y a qulque chose de plus imprtant qu'une clé, madmoiselle ? Ça put tout ouvir. "

(...)

" - Pour aller au bout de soi-même, il faut franchir plusieurs étapes... Chaque étape est une frontière qui nous amène un peu plus loin. Il s'agit de découvrir quelle frontière nous arrêtera... C'est cette frontière qui nous révélera à nous-mêmes. "

(...)

" Je méprise les gens, mais je les trouve, à l'occasion, distrayants. "

(...)

" - Mon âme n'est qu'une immense dune d'amertume, sous un soleil de remords qui me brûle jour et nuit ! "

MA NOTE : 5 + / 5

 

Très gros coup de coeur que ce 1er roman de Patrick Senécal que je découvre !

Quand on s'interroge sur le rapport avec Alice au pays des merveilles, on se dit que quand même, dans l'oeuvre de base il y avait quand même matière à dévier sur une réécriture plus "moderne" et moins fantaisiste. Et bien l'auteur y parvient divinement bien !

Bien sûr si on le met en parallèle avec la réalité, on y trouve une très belle métaphore du passage à la vie d'adulte, sur le comment assumer ses actes (surtout ceux qu'on a commis sur un coup de tête). Aliss c'est aussi une quête impossible et féroce sur la difficulté de passer les frontières et sur l'amer goût de l'expérience. Oui, ça dégueule de folie, de sang, de foutre, de trucs pas très catholiques, de cyprine et de drogues... ça te déglingue la tête et les sens, ça te fait cogiter dans tous les sens, ça te fera rire, bander, pleurer, gerber, trembler, palpiter mais pour moi c'est ça la vraie littérature qu'il me faut. Parce qu'à la fin du livre ça te fait te sentir terriblement vivant. Et ça t'aidera peut-être même à te connaître un peu mieux.

Sans doute qu'il y a pas mal de politiquement incorrects entre les pédophiles, les violeurs, les drogués, les trafiquants, les pervers, les psychopathes qui peuplent ces pages et j'en passe et des meilleurs... ouais, parce qu'il y en a pas dans la vraie vie ? LOL L'hypocrisie humaine dans toute sa splendeur ! Alors non, je n'ai pas du tout été offusquée ni même choquée. Sans pour autant approuver ou cautionner, ça m'a permis de resituer la frontière... la grande thématique du roman.

Et la morale dans tout ça ? Les valeurs ? Quel est le rapport ? Pour connaître la réponse, va falloir que tu besognes un peu...

Voilà, si en plus tu agrémentes tout ça d'une ambiance musicale parfaite (oui, Korn & Nine Inch Nails incarnent à la perfection cet idéal d'une beauté sublimée par la souffrance) t'es juste en présence d'un véritable ovni question thriller mais qui a des allures de chef-d'oeuvre et de roman déjà culte pour moi !

Et tu sais ce qui me fait un peu avoir mal au coeur, là, tout de suite ? C'est de me dire que plus jamais je ne relirai un livre comme Aliss. Un roman unique dont je me souviendrai à jamais. Parce qu'il a su me marquer au fer rouge. Ça c'est le signe d'un roman pas comme les autres, qui brille par son originalité. Un p'tit côté Neil Gaiman, Chuck Palahniuk & Stephen King aussi je trouve, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Allez ! Ôte-moi donc ce balai de ton cul et laisse-toi tenter par un voyage initiatique qui ne te laissera revenir indemne !

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...