Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

16 Jun

" Toxique " de Niko Tackian (2017)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" Toxique " de Niko Tackian (2017)

Non, " Toxique " n'est pas qu'un tube de Britney Spears ! (Oh ! tu vas pas recommencer avec mes références pourries, hein ! la culture générale, ça ne se commande pas et puis c'est tout !!!)

Ce livre est bien plus intéressant qu'une hôtesse de l'air en chaleur (quoique, je sais, ça se discute...) ! Si j'ai été plus que ravie de la découverte du précédent roman de l'auteur ( " La nuit n'est jamais complète "), ici on change radicalement d'univers. Adieu désert à perte de vue et mine désaffectée oppressante ! Bon, on reste dans une ambiance oppressante quand même mais ici dans le cadre d'un polar bien sombre et torturé. Torturé à divers niveaux mais j'y reviendrai plus tard. 

La grande question maintenant c'est : essai transformé ou pas ?

Préservons un peu le suspens, veux-tu ? Parce que tu veux pas être taxé de " lecteur de chroniques précoce " quand même ? 

 

 

4ème de couverture :

 

Elle aime saboter la vie des autres, 

Elle n'éprouve aucune empathie,

Elle poursuit un but. Elle est toxique.

 

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. 

Nous sommes en janvier 2016. La directrice d'une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau.

Dans ce Paris meurtri par les attentats de l'hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. 

A première vue, l'affaire est simple, " sera bouclée en 24 heures ", a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu'il n'y paraît. 

 

" Un excellent polar bien noir. Si vous aimez Braquo, Toxique est fait pour vous ! "

Jérôme Toledano, librairie Les Cyclades

-> Les apparences sont souvent trompeuses (ou pas)...

 

Ça commence presque comme du classique : un prédateur qui s'apprête à passer à l'acte. Sauf que voilà... pas de bol : il se videra pas les bourses ce soir. Et j'te dis pas pourquoi. Un ange-gardien veille. Pour lui, la vengeance est un plat qui se mange très chaud. Faudrait pas laisser le plat refroidir...

On embraye sur une autre scène, Tomar Khan, flic de la Crim. Appelé sur un nouvel homicide, une directrice d'école étranglée. Tomar n'est pas un flic comme les autres, c'est pas un cliché à lui tout seul. Là où tout le monde voit un truc banal, qui sera vite plié, lui a l'oeil du faucon, l'instinct du prédateur, il voit le petit détail qui fera toute la différence. Mais Tomar il morfle au quotidien. Une vie de famille compliquée, qui remonte à l'enfance et à un père abusif et violent. Un drame, un mensonge plus tard, une belle mascarade pour protéger le p'tit frère, voilà notre flic taciturne confronté à son passé lorsqu'une certaine personne décide de refaire surface, pas vraiment pour dire bonjour. En plus de ça, Tomar a une relation compliquée avec une collègue mais de ça, je t'en parlerai pas, hé ! hé ! 

Et là, si tu suis bien, tu vas me dire que je ne t'ai pas tout dit. Oui, je sais, c'est fait exprès ! La 4ème de couv' te parle d'une ELLE... qui aime saboter la vie des autres... et qui est toxique. Mais qui cela peut-il bien être ? J'ai failli me faire avoir... me demandant si ça ne faisait pas référence à une idée plutôt qu'à une personne physique (oui je sais, je cherche souvent midi à quatorze heure, et alors, j't'en pose des questions ?)

Ben comme t'auras deviné avec la couv', y a une personne qui m'a bien tapé sur le système dans ce livre, même que je t'en reparle dans la suite ! SUSPENS... encore et toujours ! 

Les quais c'est dangereux...

Les quais c'est dangereux...

-> Avis de torgnole en bonne et due forme...

 

Alors pour le coup, déroutée je suis après ma lecture (non, je ne suis pas la fille cachée de Maître Yoda). Parce que rien à voir, mais rien à voir du tout avec La nuit n'est jamais complète ! Tant mieux, quelque part, car rien de pire qu'un auteur qui s'enferme dans une routine livresque faite de mornes plaines (mais là je m'égare...). 

Donc point de huis-clos oppressant et glauque bien que du glauque soit au RDV dans Toxique. Bah oui, vous vous doutez bien que dans ce polar bien sombre se cache un(e) psychopathe haut(e) en couleurs ! Punaise, il est bien gratiné ce personnage ! Je peux te dire que j'ai eu envie de jeter le bouquin contre le mur plus d'une fois ! Si l'effet escompté dans ces quelques scènes à la limite du soutenable était de se mettre le lecteur à dos, de le bousculer, ben c'est très réussi Monsieur Tackian ! 

Pis y a pas que ça, que dire du personnage principal, Tomar ! Héros déchu des temps modernes, justicier de l'ombre qui n'hésite pas à se mettre dans l'illégalité plus d'une fois parce qu'il croît en quelques idéaux, et parce qu'il a aussi quelques squelettes dans le placard. Pas question pour autant de verser dans le stéréotype du flic sombre et torturé. Tomar il a eu une enfance bien pourrie, ceci explique cela. Mais pas que... Tu l'aimes la chronique mystérieuse qui dit pas grand chose et qui espère t'appâter comme le lecteur faible et compulsif que tu es ?

Rien à redire sur l'écriture et le style : propre, fluide, aucun déchet (si ce n'est le personnage méga toxique dont il est question mais compte pas sur moi pour t'en dire plus). En fait, je sais pas trop quoi te dire d'autre si ce n'est que c'est très bon et très bien ! Tu vas pouvoir te faire ta définition du mot " toxique ", un mot qu'on ne prononce pas assez mais qui peut bouffer ton quotidien et ta vie ! Alors ouais, comme ça doit être le cas dans tous les bouquins de l'auteur, tu vas t'en prendre une bien grosse ! Psychologiquement parlant mais aussi factuellement, car la toxique dont il est question, elle prend pas de gant. Elle fait pas dans la dentelle. Elle n'a pas de limite à son "plan". La fin justifie les moyens, hein... Mais pourquoi tant de haine ? Ben parce que. T'en as d'autres des questions débiles dans le genre ? 

Mouais... donc voilà, je rentre pas dans le détail parce que c'est pas bien, que je ne veux point nuire à ton âme de lecteur chaste. Donc le reste du boulot, quant à découvrir le pourquoi du comment du toxique, tu le feras toi-même et pis c'est tout !

Ben quoi ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?

Ben quoi ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?

< EXTRAITS >

 

Les gens sont des moutons, ils ont beau se plaindre, manifester, ronchonner leur mécontentement toute la journée, ils se plient toujours aux règles. "

(...)

Presque deux mois que le pays vivait en état d'urgence. Les bureaux vieillissants du 36, quai des Orfèvres étaient plus animés que jamais, surtout dans les soupentes où la SAT (section antiterroriste) s'était vu doter de trois groupes d'enquêteurs supplémentaires en raison des attentats de novembre. Des centaines de dossiers sensibles étaient en ce moment même en train d'être passés au peigne fin. Ce travail minutieux permettrait peut-être de sauver des vies. Il était loin le temps où les gars de la SAT passaient pour des " branleurs " traitant des affaires obscures déconnectées des crimes de sang dont la brigade criminelle faisait son fonds de commerce. Le sang était bien là; il avait coulé à flots dans les rues de Paris et emporté la jeunesse d'une France qui ne savait pas encore très bien comment s'en remettre. Alors on comptait sur ces hommes pour faire rempart de leurs corps lorsque les balles pleuvraient à nouveau. Car il y avait bien un sujet sur lequel les pointures de la SAT avaient tous une certitude, c'est que ça allait encore tomber... mais quand ? "

(...)

Le monde vivait maintenant dans la peur du croque-mitaine barbu Daesh, et le moindre paumé décérébré en profitait pour laisser éclater sa haine au grand jour. "

(...)

- Liquide céphalorachidien mélangé au sang de l'hématome... une belle soupe de cerveau. "

(...)

Tuer un homme a toujours des conséquences. Peu importe qu'on ait ou non des raisons de le faire, on ne peut pas ôter la vie sans en payer le prix. Même au pire des salauds. "

(...)

La vérité trouve toujours un moyen de vous exploser en pleine gueule. "

(...)

Un bon manipulateur recourt rarement au mensonge, ou bien par omission. Il n'emploie ni la menace ni la contrainte et encore moins la force physique. Aux yeux du monde, il a l'air irréprochable ! Son art consiste à cerner les failles de ses proies pour mieux les exploiter. La notion de culpabilité n'existe pas chez lui. Sa seule limite, c'est la loi. Il peut être charmant en société. Ce sont des prédateurs sociaux qui laissent derrière eux un sillage d'espoirs brisés... "

Même Gérard Collard te dis de le lire ! T'attends quoi ?

Même Gérard Collard te dis de le lire ! T'attends quoi ?

MA NOTE : 5 / 5

 

-> Un polar psychologique bien dérangeant et sombre. Violent et brutal, il ne vous laissera pas indifférents ! Le 36, quai des Orfèvres n'a pas fini de nous surprendre et nous offrir des enquêteurs hauts en couleurs et bien badass ! 

Du toxique en veux-tu en voilà à plusieurs degrés mais tous liés par une faille résultant d'une enfance traumatisante et brisée, d'une innocence perdue. Deux parcours bien différents mais peut-être semblables. Des parasites vampirisant leur entourage. Des dommages collatéraux. Une bonne dose de cruauté et de manipulation, à plusieurs niveaux là encore. Et une question, presque manichéenne : le bien et le mal sont-ils séparables par une frontière bien nette ? Hein, qu'il n'est pas aisé de répondre à cette question, franchement ! 

C'est aussi un roman empli d'une certaine nostalgie et qui traite du traumatisme, de l'avant et de l'après. Le contexte y est pesant avec la menace des attentats. Mais pas que... la nostalgie de l'innocence, celle où on ne se soucie pas des lendemains qui déchantent, de la perversion des adultes. Et ils sont prêts à tout, ces adultes, pour obtenir ce qu'ils pensent être leur dû quitte à écraser, briser, tuer. La morale de ce roman en interpellera plus d'un, et c'est ce que j'ai aimé. Bon, la foldingue, non, absolument pas ! Mais ce cher Tomar... touchant et révoltant, excusable, en quête de rédemption bien que maudit. Il m'a rappelé un certain Franck Sharko, tiens ! (CF Franck Thilliez) Un justicier moderne comme on les aime, ni tout blanc ni tout noir. Un être humain dans toute sa complexité, quoi. 

En somme, j'ai préféré La nuit n'est jamais complète, son précédent roman, peut-être plus dépaysant pour moi. Peut-être aussi que les enquêtes visant à arrêter des frappadingues me tentent moins actuellement... N'empêche que c'est un polar qui m'a quand même grandement interpellée parce qu'il est singulier. Je n'avais encore rien lu de tel... donc rien que pour ça, allez-y, ça vaut vraiment le coup d'oeil ! Pis c'est superbement bien écrit, ça se lit tout seul ! Donc on fait pas le/la difficile s'il vous plaît ! Si on l'a dans sa PAL on le fait passer en tête et si c'est pas le cas, on contacte son/sa libraire préféré ! 

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...