Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

07 Jun

" Ressacs " de David James Kennedy (2017 chez Pocket)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" Ressacs " de David James Kennedy (2017 chez Pocket)

Y a des moments où, dans ta vie mouvementée de lectrice compulsive, t'as envie de te baffer. C'est ce que je ressens après avoir terminée la lecture de ce Ressacs. Parce que ce bouquin, il me nargue depuis quelques années, et plus précisément depuis la 2ème édition des Mines Noires, en avril 2015. Je me souviens avoir discuté avec un auteur, et à côté de ce dernier figurait DJ Kennedy. Je m'étais dit, à l'époque, que la couverture était bien sympa... Pis tu sais comment ça se passe, t'y penses et puis t'oublies... c'est la vie, c'est la vie !!! 

Donc ça n'est que deux ans plus tard que je recroise la route de ce premier bébé qui vient de sortir en poche (et j'ai bien honte). Une chance que chez Pocket ils aient gardé la couv' du broché, hein ! Sinon j'aurais bien été capable de zapper encore une fois ! Non... pas vraiment. On va dire pour simplifier (et puis parce que je peux pas tout te raconter non plus) que c'est parce que le second bébé de DJ Kennedy, Malgré elle, sortait que j'ai pensé à rectifier le tir avec le premier-né ! Ouf !!!

Du coup, si tu n'es pas encore familiarisé avec David James Kennedy, laisse-moi te faire un bref topo ! Ouais, je sais ce que tu vas dire, encore un énième écrivain anglo-saxon, vu le nom ! Ben non, t'as tout faux !!! Alors ouais, c'est pas courant mais c'est vraiment son nom, il a quand même le droit d'avoir des grands-parents irlandais, non ? Pis tu vas halluciner, mais M'sieur Kennedy est un auteur bien de chez nous, même qu'il est pharmacien dans la métropole lilloise. Ça t'en bouche un coin, avoue ! 

Et là où tu risques bientôt de choir si t'es pas bien assis(e), c'est que Ressacs est son premier roman. Ouais, ma poule, rien que ça ! Hop ! Directement sorti chez la prestigieuse maison d'édition Fleuve Noir, qui n'est autre que la maison d'édition de Franck Thilliez... mais pas que, compte pas sur moi pour te dresser le catalogue, y a internet pour ça.

Bon, bah du coup... va peut-être falloir que je pense à te livrer la 4ème de couv' si t'es encore novice ? 

 

4ème de couverture :

 

Par une nuit d'orage, dans l'un des derniers hôpitaux militaires de la côte atlantique, un interne disparaît après qu'un de ses patients a été sauvagement assassiné. Inquiet pour le sort de son confrère, Tom Castille se lance sur ses traces en même temps que les gendarmes et fait rapidement une découverte troublante. Dans cet hôpital, un ancien monastère construit par les Augustins mille ans plus tôt, d'autres disparitions ont eu lieu, dans des circonstances semblables. Dix ans, trente ans, deux cents ans plus tôt. Vague après vague, la tragédie revient se briser sur les hommes...

 

" Un thriller palpitant et brillant. "

20 minutes

 

Si t'aime voir les éléments déchaînés, tu vas en avoir pour ton argent !

Si t'aime voir les éléments déchaînés, tu vas en avoir pour ton argent !

-> La malédiction ?

 

Visualise un peu : un monastère reconverti en hôpital militaire. Une légende pas très touristique. Un hôpital surplombant l'océan Atlantique, océan qui est bien souvent déchaîné (on est en avril, c'est pas le grand rush des touristes, et donc la météo n'a rien d'estivale). Une nuit de garde, des internes (forcément de garde, eux aussi, what else ?!), un accidenté de la route qui meurt dans des circonstances des plus étranges et brutales... et l'interne en charge de ce patient qui disparaît dans la foulée, en plein milieu d'une nuit de tempête... 

Tom Castille est l'un des internes de l'hôpital militaire du Cap. Bien malgré lui, il met très vite le doigts dans un engrenage meurtrier qui va le conduire loin, très loin et va l'amener à dépasser plus d'une fois ses limites. Je t'en dévoile pas trop, il faut pas, tu dois conserver le plaisir virginal des nombreux rebondissements qu'offre la lecture de ce superbe thriller !

 

Tu peux juste retenir que le cadre exceptionnellement tourmenté et déchaîné colle à merveille à l'histoire. Cette légende qui s'agrippe à la peau à chaque instant, ces bruits de couloirs, les patients pas trop rassurants de l'aile psychiatrique, et ces disparitions... une malédiction touche-t-elle vraiment l'hôpital comme semblent le croire plusieurs personnes ? Ou alors un fantôme du passé qui chercherait à se venger, mais de qui ? de quoi ? 

 

 

-> Baignade interdite

 

Autant le dire, j'ai adoré ce livre ! Voilà, c'est dit.

 

Le titre est très bien choisi : les rebondissements arrivent par vagues, les disparitions s'enchaînent inlassablement tandis que la pression  monte crescendo. Et pis cette ambiance, nom de diou ! C'est une histoire rafraîchissante, elle te file le chair de poule ! Le cadre, qu'on ne visualise que trop bien, est juste parfaitement adapté à l'intrigue !

 

Alors, dans sa dédicace, l'auteur m'avait prévenue que " des courants invisibles emmènent les lectrices vers des horizons inexplorés ". Bah oui, c'est juste. Je ne m'attendais pas à ça. Parfois, je me disais " ça doit être untel ou tel truc ", et bien non, et ce même si je n'étais pas très loin au final mais il manquait juste le détail qui faisait la différence, ce que parvient très bien à restituer l'auteur via ses révélations. 

 

En somme, j'ai aussi envie de te dire que l'histoire en elle-même (la moelle de l'intrigue) pourra te sembler " classique ". Mais c'est le tissage, le cadre, les ambiances et les personnages qui la rende unique et originale. Tiens, causons un peu des personnages, et du principal, Tom Castille : je l'ai bien aimé le jeune interne. Il ne lâche rien, va jusqu'au bout, et puis il se retrouve progressivement pris dans l'engrenage. Dans l'ensemble on a une tripotée de personnages inquiétants, sombres, qu'ils soient praticiens, gendarmes ou riverains. Mais voilà, comme j'aime à le répéter, c'est dans l'obscurité qu'on peut trouver la lumière, et au final, Ressacs est plein de lumière : il met sous le projecteur un drame qui va constituer le point de départ d'une série d'événements tragiques à l'issue desquels des vies vont être brisées. Le ressac, le destin, la fatalité, appelle ça comme tu veux mais à la fin le résultat est immuable : tout se paye, tout comme les vagues qui viennent s'échouer sur la plage, quelle que soit la météo, hé ! hé !  (ouais elle est nulle ma métaphore, j'avoue).

 

T'en dire plus serait un peu casse-gueule. Tout ce à quoi je peux me laisser aller c'est de t'inviter à découvrir cet auteur. Mon petit doigt me dit qu'on n'a pas finit d'en parler ! C'est tissé avec une certaine virtuosité, il n'y a pas de temps morts. L'univers médical est très bien restitué (ce qui n'a rien d'étonnant quand on sait quel autre métier l'auteur exerce ^^). On a envie de croire en l'existence de ce petit village de Saint-Augustin (qui me semble être fictif, surtout à proximité de Bayonne mais bon, je peux me tromper), de même qu'en cette fameuse légende... Mais s'il y a un personnage qui m'a vraiment emmenée très très loin, c'est bien l'océan ! Toujours là, fort, indomptable, impétueux, les descriptions sont juste à couper le souffle ! A tel point que j'étais tellement prise par ma lecture que j'en ai oublié de relever les traditionnels extrais qui d'ordinaire ponctuent les chroniques ici-bas ! En fermant les yeux, tu peux presque sentir l'air iodé et ressentir la moiteur et la froideur des embruns !!! Un régal ! (ouais, je préfère toujours les ambiances maritimes & scandinaves à celles qui viennent des tropiques, que veux-tu...)

 

Par contre, mon seul bémol - et il est dérisoire - c'est que via Tom Castille on ressasse souvent les déductions du personnage quant à la chronologie des différents faits. Parfois ça m'a donné un peu le tournis, j'ai presque eu peur d'être embrouillée. Peut-être n'est-ce rien en définitive, t'as tellement envie d'avancer et de découvrir la suite que tu lis un peu (beaucoup) trop vite et ça te donne l'impression de t'embrouiller. Mais au moins, ces rappels des faits & de la chronologie ont le mérite de te ramener dans le droit chemin, ce qui au final est plutôt salvateur. Du coup ce bémol n'en est pas vraiment un (t'as vu à quel point il m'est facile de m'embrouiller toute seule !).

Allez, un peu de rêve...

Allez, un peu de rêve...

<EXTRAIT>

 

(Oui je sais, j'abuse, un seul extrait... mais j'allais pas non plus recopier tout le bouquin ! T'as plus qu'à le (re)lire ! hé ! hé !)

 

D'un pas décidé, il s'enfonça dans la nuit, longea l'océan. Sur sa gauche, les ombres massives des rochers évoquaient des monstres figés, centenaires, pétrifiés dans leurs flancs de pierre par un macabre sortilège. "

David James Kennedy au salon "Envie de Livres" (le 04.06.2017 à Sailly Labourse) - crédits photo AU BOUDOIR ECARLATE

David James Kennedy au salon "Envie de Livres" (le 04.06.2017 à Sailly Labourse) - crédits photo AU BOUDOIR ECARLATE

MA NOTE : 5 / 5

-> Un thriller palpitant que vous aurez le plus grand mal à lâcher ! Addictif, avec une ambiance oppressante à souhait, glacial, déroutant, une histoire de vengeance teintée de légende et de mystère. Méfiez-vous des faux-semblants et prenez garde à ne pas vous laisser entraîner au loin, vous risqueriez de ne pas en revenir ! Un voyage dangereux au Pays Basque qui vous emmènera en bordure de mer, mais attention aux nombreux avis de tempêtes ! 

 

Ressacs  est un très belle découverte ! Le style de l'auteur est juste parfait, du début à la fin ! Pour un premier roman, c'est assez rare pour être souligné. J'ai rarement vu une telle maîtrise dans la continuité, et aussi bien dans la narration que dans l'intrigue ! C'est propre, impeccable, les descriptions sont teintées d'une poésie à la fois belle et terrible, à couper le souffle ! Une très belle plume qui figure d'ores et déjà parmi les plus grandes, pour moi.

Je ne vais pas être originale, je le crains, mais tous les ingrédients sont ici réunis pour vous offrir un voyage captivant et vous faire vibrer. Aucun clichés, nulles faiblesses psychologiques chez les personnages, point de stéréotypes, j'ai apprécié la découverte de l'hôpital militaire de Saint-Augustin et de ses pensionnaires. 

En somme, Ressacs vous parlera du poids de certaines actions qui peuvent être très lourdes de conséquences et engendrer une véritable traque sanguinaire. 

 

C'est du très bon, alors tu peux y aller les yeux fermés ! (enfin, pas trop quand même sinon tu verras que dalle !^^) 

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...