Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

12 May

" Sharko " de Franck Thilliez (2017)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" Sharko " de Franck Thilliez (2017)

Ça faisait une éternité qu'on attendait la suite de Pandemia et la prochaine aventure du célèbre tandem du 36 des Orfèvres, Sharko & Henebelle ! Ouais, Rêver il était très bien mais pas aussi bien que le cycle Sharko + Henebelle. Tssst ! Parce que c'est comme ça et pis c'est tout !

Dès que la couv' a été révélée, beaucoup ont tremblé ! Quelle signification ? Pas évident de comprendre celle-ci, hein ! Mais rassurez-vous, une fois le roman terminé, vous comprendrez (enfin, j'espère LOL). Le titre... pas si énigmatique que ça. Un hommage à Franck Sharko, le "requin" du 36 quai des Orfèvres, l'élite de la Crim' de Paris ? Ça se pourrait... mais pas que... parce que du requin, vous allez en bouffer dans le prologue, mouhahahaha ! (je sais elle vole pas haut, normal elle a que des nageoires...)

Alors, vous vous demandez sans doute si le titre ne serait pas un ultime hommage à votre poulet préféré, non ? Oh.. vous vous dites certainement " oh non ! il peut pas tuer son personnage... " Oui, allez donc poser la question à l'auteur du Thrône de fer ! OK, je vous l'accorde, tous les auteurs ne sont pas sadiques. il y en a qui préfèrent s'en prendre à des chats... et à des sangsues. Notez, je d'dis ça, j'dis rien, hein !

Cette fois-ci, notre tandem revient dans une aventure qui va commencer d'une manière très originale. Et ça, on nous le dit dès la 4ème de couv'...

Alors, en voituuuuuuuure !

 

 

4ème de couverture :

 

" Sharko comparait toujours les premiers jours d'une enquête à une partie de chasse.

Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s'élancent à la poursuite du gibier.

À la différence près que, cette fois, le gibier, c'était eux."

 

" Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics au 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.

Lucie n'a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d'être confiée au 36, car l'homme abattu n'avait semble-t-il rien d'un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l'enquête et s'enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu'à eux deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu'ils s'étaient efforcés de bâtir. "

Une petite visite à l'Océanopolis de Brest, là où tout commence...

Une petite visite à l'Océanopolis de Brest, là où tout commence...

-> C'est l'histoire d'un soigneur qui plonge dans l'aquarium et qui... va bien !

 

Bon, t'auras compris que cette scène est en passe de devenir culte, littérairement parlant. Parce que c'est beau, que c'est dément et que ça dépote ! Et accessoirement ça peut traumatiser les plus sensibles. Mais si, comme moi, t'as déjà eu par le passé à t'occuper de poissons dans un aquarium (c'est pas la taille qui compte) ça te fera sourire, et frémir !

Que s'y passe-t-il donc ? Rien de bien singulier : un soigneur-plongeur qui descend chez les gros gris, les taureaux et compagnie, devant une foule de visiteurs stressés de l'autre côté de la vitre. Le gars s'installe tranquille dans le fond, et pendant ce temps-là, les gros squales se promènent comme si de rien n'était. Sauf que le gars finit par sortir un couteau. Que va-t-il pouvoir bien faire avec ? Rien de bien méchant, me direz-vous, puisqu'il adresse un pouce levé au public et qu'il affiche une mine rayonnante et détendue. Ça doit être l'heure de l'apéro sauf que personne ne voit le moindre morceau de saucisson dans les parages... à moins que le saucisson ne soit le plongeur lui-même ? Bingo ! Vous avez tous vu les Dents de la mer... vous savez que ces charmants poissons... euh... mammifères marins ont un odorat bien plus développé que votre petit Mirza. Une goutte de sang et hop ! C'est la fête ! Je n'en dirais pas plus...

On laisse de côté notre fait divers sensationnel pour retrouver Sharko et Henebelle. Le quotidien, une enquête sur le point d'être bouclée, bobonne... euh... Lucie à la maison qui s'occupe des jumeaux. Et son cher et tendre qui l'appelle lui promettant de déboucher le champagne dans quelques heures, une fois les aveux du suspect arrachés... Sauf que Môman ne sait pas rester bien sage à la maison. On la connaît maintenant la Lucie, c'est plus fort qu'elle, c'est dans ses tripes. Elle a vu sa tante, y a peu. Son oncle est décédé il y a peu aussi. Un ex-flic à la retraite. Il a eu du mal à raccrocher, il continuait de bosser en solo et en secret sur une affaire non résolue. Sauf que son coeur a lâché avant qu'il trouve la solution à son énigme. Il avait un suspect en vue mais personne ne l'a pris au sérieux. La tante de Lucie vient de découvrir quelques éléments de l'enquête, deux mois après la mort de son époux, et demande donc à sa nièce d'y jeter un oeil. Parce que c'est vrai quoi, ça serait bien de savoir. Pis il est quand même question d'une môme que le couple connaissait bien, et qui a disparue. Jamais retrouvée. Lucie accepte. Et a une mauvaise intuition. Elle décide d'aller jeter un oeil chez le suspect, car tonton avait tout prévu avant de pouvoir passer à l'action, ce que son coeur l'a empêché de faire... elle a un super plan, elle pense s'être couverte et hop ! elle rentre comme une intruse, persuadée que la maison (glauque) est vide. Des bruits étranges... des lamentations difficilement supportables... et un passage obligé par la cave. Ouais, LA cave. Dégueulasse, immonde, un véritable capharnaüm dans lequel il fait pas bon descendre. Je vous passe les détails. Lucie se fait surprendre, le Ramirez (= le suspect de son tonton) la prend par derrière... enfin, par surprise quoi ! Dans ses yeux on n'y trouve pas la peur d'avoir surpris un intrus chez soi. Non, on y lit la haine et la démence. État de légitime défense : c'est elle ou lui. Elle parvient à tirer la première et là... c'est le drame. Ou plutôt le début des emmerdes. Un p'tit coup de fil à Sharko qui rapplique illico presto et ne trouve d'autres solutions que de maquiller la scène de crime, de rendre le meurtre particulièrement sordide et sadique pour que l'affaire soit confiée au 36.

Voilà, ça commence donc avec beaucoup d'originalité : les coupables ont les connaît d'emblée. Vous pensez vraiment que c'est si simple que ça avec Thilliez ? Erreur monumentale ! Ce cher Ramirez, il faut pas être sorti de la cuisse de Jupiter pour comprendre qu'il cachait quelque chose... y a qu'à voir la cave, et le reste de la maison... Comme un fil d'Ariane, on va remonter de découverte en découverte et reconstituer un effroyable puzzle ! Dément et hallucinant !

Sans le vouloir, Lucie pourrait bien avoir joué les Dexter, et Sharko aussi.

-> " Le secret du sang "

 

Ce que je kiffe dans les romans de Thilliez, et en particulier dans le cycle Sharko+Henebelle, c'est sa faculté de traiter d'un thème scientifique et d'y adjoindre une enquête particulièrement sordide qui mènera toujours le lectorat aux confins de la folie, et le fera réfléchir, s'interroger sur le monde qui l'entoure. Il le fait toujours avec brio. Sauf qu'ici, c'est juste : WAOUH !!! Quel génie, nom de diou ! (J'essaie d'arrêter les grossièretés quand je suis contente)

Rien que la façon de tisser l'intrigue est novatrice chez lui. On avait encore jamais vu/lu une enquête qui commence de la sorte, et qui se termine tout pareil ! Parce que toi, lecteur, tu sais qui a buté Ramirez. Tout comme les deux protagonistes. Et les voir se dépatouiller avec leurs collègues, les preuves falsifiées, l'étau qui se resserre de plus en plus... on tremble à chaque page. On se demande comment nos deux héros vont se faire prendre, car on ne doute pas un seul instant qu'ils auront merdé quelque part. Et pendant ce temps-là, on devine qu'ils ont encore une fois mis les pieds dans un bordel sans nom, un scandale de malade, une menace terriblement apocalyptique ! On pensait avoir connu le pire avec Pandemia, bah je peux vous dire qu'à côté de ce Sharko c'était de la rigolade !

Thilliez nous a quasiment tout fait : il a abordé (rien qu'avec le cycle Sharko+Henebelle) la manipulation de masse, la génétique, le nucléaire, les greffes et les virus, pour simplifier. C'est donc en toute logique qu'ici il aborde un thème qui a toujours inspiré les écrivains, depuis Bram Stoker jusqu'à Maxime Chattam. Le sang, oui. Quel rapport avons-nous avec ce fluide vital ? La symbolique est si riche, si prolifique ! Le sang a toujours fait tourner les têtes, animer les passions tout comme déclencher les pires atrocités. Mais qu'y a t-il derrière tout ça ? Je ne vous en dirai pas plus, mais vous n'en reviendrez pas, parce que comme d'hab', il y a une part de véridique, basé sur de solides recherches scientifiques, mais de l'autre, il y a l'imaginaire qui prend les commandes mais qui laisse perplexe : et si ? Et si ça se produisait un jour ? Parce que dans Sharko, l'auteur annonce des théories plus que crédibles et véridiques. On a envie d'y croire, oui ! Oui je sais, j'ai des penchants eugénistes et je rêve souvent d'apocalypse... et alors ? Je me planquerais pas dans les Limbes si ça n'était pas le cas, mouhahahahaha !

Bref.

Le secret de la couv', je l'ai percé, je pense. Et je m'attendais pas à ça. Je m'attendais à rien à vrai dire. En découvrant la 4ème de couv', j'avais l'impression qu'elle en disait trop, que ça gâcherait le plaisir de la lecture. Bah pas du tout !!! Au contraire ! Elle ne laisse absolument pas présager dans quel enfer notre équipe va plonger (et nous avec).

Que dire de plus ? C'est chiant de chroniquer les livres de Thilliez, car t'as l'impression de toujours dire la même chose : génial, magnifique, exceptionnel, encore mieux que le précédent... et bla bla et bla ! Mais jusqu'où va-t-il nous emmener comme ça ? Vais-je devoir me faire mettre un pacemaker pour tenir le coup lors du prochain ? Nan, parce que mon p'tit coeur va pas si bien que ça quand je lis du Thilliez.

Alors ouais, c'est superbement bien écrit (j'ai quand même vu quelques coquilles, ce qui m'a grandement fait halluciner ! LOL Oui, j'aime les coquilles, ça me fait rire et prouve que rien n'est faillible en ce monde ! ^^). Pas de flashbacks, de yo-yo chronologiques mais l'enquête est diablement bien ficelée ! Nos personnages continuent de nous étonner, de nous faire peur (Bellanger & Sharko), de nous faire rire. Oui, mention spéciale à Nicolas Bellanger pour lequel on terminait Pandemia très inquiet. Le pauvre, il a bien moflé depuis avec la tragique perte de Camille (pour ça, on en veut encore à l'auteur d'ailleurs). Il a même tout perdu... un flic poignant, obsessionnel, faillible mais ô combien humain. Et Sharko, capable du meilleur comme du pire ! Quel personnage ! Il ne cessera jamais de nous surprendre. Lucie m'a paru plus en retrait, plus faillible justement. Mais d'un autre côté, ils sont deux désormais : quand l'un commence à faiblir, l'autre le redresse et lui redonne de l'espoir. C'est beau. Mais est-ce qu'un tel couple ça existe vraiment ? C'est le seul élément difficilement croyable et réaliste pour moi (OK -> je sors, je l'ai bien mérité).

 

Qu'est-ce donc ???

Qu'est-ce donc ???

< EXTRAITS >

 

" On cache tous des squelettes au fond de nos placards, on apprend juste à vivre avec. Tu ne seras pas la première, ni la dernière. "

(...)

" - Je devrais peut-être me faire une pin-up, un jour, sur le biceps. T'en penses quoi ?

- Pas bon. Un jour, t'auras moins de muscles, et elle se transformera en Mère Denis. "

(...)

" Le sang n'est pas un liquide comme les autres. Il est porteur de toute l'histoire de l'humanité et, en même temps, de l'histoire de chacun par le lignage génétique. La vie s'arrête quand il cesse de circuler, et il est aussi synonyme de mort quand il se répand en dehors du corps. Vous êtes bien placé pour le savoir, vous qui croisez des cadavres tous les jours. Pensez à la Bible, Abel et Caïn, le premier sang versé... Il est le poison et le remède qu'on retrouve dans les bras gauche et droit de Méduse, le liquide pollué qui a provoqué les saignées du Moyen Âge, mais il représente aussi la jeunesse éternelle. Vous avez déjà certainement entendu parler de la comtesse sanguinaire, Élisabeth Bàthory, qui remplissait des baignoires avec le sang de jeunes vierges qu'elle enfermait dans une machine de torture... "

(...)

Le vampirisme, c'est sortir la nuit, écouter Cradle of Filth, vénérer la comtesse Bàthory et se gaver de films violents, gore, à la limite du snuff. Certains font des pèlerinages en Roumanie ou dans les Carpates sur les traces de Dracula. Ils dorment pas dans des cercueils, mais on n'en est pas loin. Ils se retrouvent dans les boîtes sadomasochistes, parfois en petits groupes parce qu'ils apprécient les mêmes déviances, le SM extrême, les scarifications. Il y a aussi les conventions de vampires, un peu partout dans le monde. C'est commercial, c'est sympa, vous pouvez acheter du matos ou assister à des soirées où des volontaires se font suspendre par des crochets plantés dans la peau, mais rien de bien méchant. C'est ça, le vampirisme. C'est un peu comme les gothiques, c'est une façon d'être, de vivre, de se tenir à la marge sans forcément se comporter en gros méchants. "

(...)

" Les vierges, ça n'existe presque plus aujourd'hui, elles sont encore plus rares que les vampires ! "

(...)

" Il n'y a qu'un seul Sharko. "

&quot; Sharko &quot; de Franck Thilliez (2017)

-> MA NOTE : 5 + / 5

Ce cru 2017 est un millésime d'exception : sanguinaire à souhait, dégoulinant de folie & de fureur, une nouvelle enquête qui marquera à jamais notre tandem de flics préférés, Sharko & Henebelle. Un polar 2.0, fouillé, complet, halluciné, qui vous apprendra encore plein de choses sympas & intéressantes, vous fera ouvrir les yeux (bonjour le végétarisme !) et vous empêchera de fermer l'oeil ou le livre. Sharko est la promesse d'un voyage en eaux troubles !

 

Tous les deux ans, je risque fort d'avoir un coup de coeur pour le nouveau Thilliez ou le nouveau Sharko+Henebelle (au choix) ! Bon, encore un roman dévoré, et me voilà déprimée, envie de rien lire... pas envie d'attendre deux ans... fait chier !

Bon, sinon je peux arrêter deux secondes (mais rien que deux) d'être vulgaire et vous encourager chaleureusement à le lire (et à lire les précédents si ça n'est pas déjà fait - SHAME ON YOU !!!). Je ne spoilerai pas (même sous la torture), mais c'est une fois encore une nette réussite, une plongée dans les profondeurs de l'esprit humain, de ce qu'on est prêt à faire pour protéger l'être aimé, de ce qu'on est capable de laisser sortir de soi pour survivre. C'est ignoble, pourrait-on penser, mais sommes nous plus blancs ? J'en doute fortement... Bon, après c'est sûr qu'il faut pas virer parano... merci Monsieur Thilliez, j'avais déjà peur des prises de sang (à cause d'un don du sang - oui, jadis je donnais mon sang mais c'était avant de savoir qu'il était pas bon mais ça n'est pas le sujet - et surtout d'une infirmière sadique tripoteuse acharnée de veines), ben ça risque pas d'aller mieux... Et ma passion pour le saucisson en a aussi pris un coup (ça, ça ne pourra pas me faire de mal, donc limite, je peux vous dire merci pour ça). Tout cela, c'est sous réserve que dans deux ans, l'esprit retors de Franck Thilliez ne nous ponde pas une terrible machination au sujet du fromage de chèvre ou des champignons, sinon je ne vais plus savoir quoi manger...

Vous ne comprenez pas mon charabia ? Ça n'est pas grave, et c'est tant mieux !

En résumé : que du bon ! Un couverture magnifique, un papier plus léger (donc moins mal aux poignets), 571 pages de pure jouissance livresque, un page-turner de malade... des images traumatisantes à vie (je ne verrais plus le bio-art du même oeil, je vous ai épargné les photographies, hein), et une certitude : ce monde ne tourne vraiment pas rond mais faut bien faire avec, et heureusement qu'il y a les livres pour s'évader de tout le merdier ambiant ! Comment ça, je suis pessimiste ?

 

Commenter cet article

Enael 22/06/2017 11:48

Salut ! ;)
Alors oui, oui je fais partie de ceux qui ont cru que Thilliez allait en finir avec Sharko (angoisse, horreur, malheur !). Mais hormis cela je partage totalement ton avis sur le bouquin ! Même si j'ai quelques petites interprétations persos en plus !
Même si la thématique est nouvelle, je trouve qu'on est dans un sacré retour aux sources pour l'auteur ! Ce livre m'a gravement fait pensé à Train d'Enfer pour Ange Rouge ! Pas toi ?
En tout cas top top ton article !

Benedict Mitchell 26/06/2017 16:51

Merci beaucoup pour ton commentaire Enael ! :D Oui tout à fait, nouvelle thématique et nouvelle construction narrative puisqu'on est pas dans une enquête "classique" pour Sharko & Hennebelle. Oui, c'est vrai qu'il y a quelques parallèles avec le 1er livre de Thilliez, je n'y avais pas du tout pensé (faut dire aussi que sa lecture remonte un peu LOL).

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...