Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

14 May

" Voraces ", de G.K. Torrence (2016)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" Voraces ", de G.K. Torrence (2016)

Une fois n'est pas coutume, Les Lymbes des Maux a eu envie de se pencher sur une nouvelle très noire et... très sulfureuse. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons :

- La nouvelle est un genre bien trop dédaigné dans notre cher Hexagone, alors que c'est un genre littéraire fort intéressant, et aux possibilités illimitées !

- Cette présente nouvelle, Voraces, a été rédigé par un jeune auteur qui en a sous le capot ! Comprenez-par là qu'il a un univers original et atypique, de quoi nous proposer de bien appétissantes victuailles par la suite, croyez-moi (je dis ça, je ne dis rien !)

-> " Une soirée libertine où la chaire régale les amateurs de plaisirs gustatifs, sauf que…

Elle s’extirpe du coupé sport avec grâce. La jeune trentenaire a sorti le grand jeu pour cette soirée si particulière. Sa longue robe noire fendue sur les jambes et ouverte dans le dos met en valeur sa silhouette. Le décolleté laisse deviner qu’elle ne porte pas de soutien-gorge, ses petits seins en forme de poire en totale liberté. La froide morsure de la nuit fait durcir ses tétons, à moins que cela ne soit l’excitation. Elle glisse nerveusement une main sous le vêtement pour réajuster son bas auto-fixe.
Un homme, obèse réplique imparfaite du majordome Nestor dans Tintin, vient à sa rencontre. "

Une héroïne qui cache le feu sous la glace...

Une héroïne qui cache le feu sous la glace...

-> " Une nouvelle érotique qui a du mordant " ?

Oui, Voraces nous est présentée comme tel. De l'érotique. Moi qui déteste ça (car sans grand intérêt à part quand on est dénué d'imagination...^^), je savais, avant même de lire ce court texte de 10 pages - connaissant l'auteur - qu'il y aurait bien plus que cela... Effectivement, l'érotisme, la soirée débridée à laquelle nous assistons à travers l'héroïne, n'est qu'un prétexte...

Que s'y passe-t-il ? Une jeune femme, sexy et classe, arrive à une soirée dans une demeure luxueuse. Elle semble y être attendue. Une fois son partenaire rejoint elle assiste à l'une de ces mystérieuses soirées Voraces... De quoi est-il question ? Je suppose que vous vous serez déjà fait votre petite idée. Et vous aurez sans doute deviné juste... partiellement. Parce que tout est important dans cette nouvelle, la moindre phrase comportant d'infimes indices sur le point culminant de la narration : la fin ! Le clou du spectacle (hum...hum...) ! Et bien évidemment, le titre même de la soirée : vorace.

Le cadre, les personnages, les pratiques évoquées ont tout du sulfureux... Une petite illustration musicale ? Mais je vous en prie, comment résistez à éclairer vos lanternes quand G.K. Torrence lui-même évoque précisément le dieu de votre hôtesse : Trent Reznor !!! Hé bien, elle ne peux pas résister... et en prime, elle vous livre la version non censurée ! Mouhahahaha !

En dehors de "baiser comme des animaux" (CF la vidéo ci-dessous si vous comprenez l'anglais !), Voraces creuse bien plus profondément que la vulgaire littérature érotique, vous devez vous en douter. Si ça n'était pas le cas, je ne prendrais pas la peine d'y consacrer une chronique. Il y est notamment question de cette caste de notre société (composée de riches hommes d'affaires, d'influents politiques, de lobbyistes assoiffés de pouvoir), avides de plaisirs défendus et de violences... les sociétés secrètes, on sait tous ou du moins le devine-t-on qu'elles existent vraiment. Et on a une petite idée des pratiques auxquelles elles aiment s'adonner. Bref. À travers cela, c'est une critique de la société qui nous est brossée ici, avec ses déviances, son animalité, ses plus vils instincts. Cela est réalisé avec brio, dans une belle écriture, maîtrisée, classe, avec de sympathiques pointes d'ironie. C'est visuel, sonore, sulfureux, violent, glaçant et très noir !

Mais qui se cache derrière ce pseudonyme, G.K. Torrence ? Quelques indices, G.K. est un blogueur spécialisé dans le noir, le thriller et le polar dont le blog figure parmi l'un des meilleurs et plus complets sur la toile. Blogueur récemment promu Responsable Éditorial d'une toute jeune maison d'édition de qualité... Et sans doute " Torrence " en hommage au personnage de l'un de ses auteurs préférés et dont je ne dirai rien de plus... (parce que je ne vais pas vous mâcher tout le boulot non plus !)

Bref. C'est une découverte fort sympathique, une introduction pleine de promesses sur de futurs écrits qui auront gagné en maturité (et très certainement en perversité & en noirceur) !

< EXTRAIT >

" — Mesdames et messieurs, je suis ravi de vous recevoir en ces lieux où tout est permis. Vous pouvez vous laisser aller à vos plus bas instincts et certains d’entre vous m’ont déjà fait des demandes préalables particulièrement déviantes. C’est avec plaisir que j’ai tout mis en œuvre pour les réaliser. "

&quot; Voraces &quot;, de G.K. Torrence (2016)

MA NOTE : 4,5/5

Alors oui, j'ai été très surprise par la véritable personnalité d'Aïcha Bellick, que j'ai hâte de retrouver dans d'autres aventures, et par la direction prise très rapidement dans l'intrigue. Je n'en dirai évidemment pas plus, histoire de ne pas gâcher votre bon plaisir. Les amateurs de vices seront satisfaits, et ceux qui ne vibrent que pour le glauque, le noir, le sadique ne seront pas en reste.

Néanmoins, ça n'est pas un carton plein pour moi pour plusieurs raisons :

- Ce fut trop court, dans le dénouement, la soirée. Le tout m'a paru un peu trop accéléré pour moi, vite plié (oui c'est une nouvelle, certes, mais...)

- Je m'attendais à une explosion de trucs inconcevables, dégueulasses, répugnants... et je suis néanmoins restée assez frustrée. Les pratiques évoquées me sont presque apparues soft, convenues par rapport à ce que je m'étais imaginée. Après oui, j'avoue, votre hôtesse a un esprit très torturé, et est sans doute trop habituée aux tortures, au sang, à la folie, à la barbarie (et j'en passe...).

Mais soyez rassurés, c'est du très bon, de la bonne came et ça laisse présager d'un avenir placé sous les meilleurs auspices pour l'auteur !

Voraces c'est bon, mangez-en (si vous n'êtes pas végétarien hein ! ) !!!

Commenter cet article

Bernieshoot 15/05/2016 15:53

noire, sulfureuse, libertine une histoire qui a tout pour plaire

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...