Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

15 Apr

" STAN KURTZ - Série B ", 1/6 (2015)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" STAN KURTZ - Série B ", 1/6 (2015)

Il est toujours bon, dit-on, de prendre les " on dit " avec des pincettes. Effectivement, il vaut mieux se faire sa propre idée tout seul. Ça fait quelques mois que j'entends beaucoup parler de cette énigmatique Série B, une série livresque qui se décline sous forme de petits feuilletons, mais aussi sous forme de saison. La première saison a vu le jour en Septembre 2015. Chaque mois, depuis, est sorti un nouveau volume, ou épisode, pour un total de 6 livres en format poche (la première sortie de ce format chez les éditions Fleur Sauvage). Un concept en somme très original, et qui doit cultiver insidieusement le sombre dessein de fidéliser le client (et de permettre à son principal protagoniste de pouvoir payer son loyer en temps et en heure ^^). Trève de galéjades, Série B c'est aussi un véritable ovni littéraire, tant par son originalité que pour tous les clichés qu'il démonte sans faire dans la dentelle ! Les classiques stéréotypés n'ont qu'à bien se tenir, hé ! hé !

-> " Le jour où Miss Boxer m'engage pour retrouver son crooner de mari, à priori mort, les ennuis se mettent à tomber sur moi plus vite qu'une vieille peau sur la glace.

Au fur et à mesure de l'enquête, je me heurte au pire et plus ça va, plus mon âme de privé s'enfonce dans la vase d'une bien étrange histoire, palpitante, rocambolesque et surtout à suivre, apte à vous réjouir mes loulous, et vous faire raquer pour le tome deux...

C'est pas comme si la vie était discount ou mon loyer gratos. "

L'auteur incriminé, dont la photo pourrait fort bien correspondre à la description de Stan Kurtz...

L'auteur incriminé, dont la photo pourrait fort bien correspondre à la description de Stan Kurtz...

-> Le mystère Stan Kurtz...

... n'en est plus vraiment un depuis que l'info est tombée : derrière ce pseudonyme se cache en réalité Marc Falvo, un auteur prolifique de polars (mais pas que) originaire de Lille, et ayant fait ses armes (entre autre) chez Les éditions du Riffle. Qu'à cela ne tienne, avec cette Série B, première saison dédiée à Stan Kurtz - ce pseudo détective privé sorti d'on ne sait où - il frappe fort. On aime ou on aime pas, mais une chose est sûre : cette série n'est pas passée inaperçue et rempilera pour une seconde saison en fin d'année 2016 (d'après mes oreilles à rallonge).

Que dire sans trop en dire ? Et bien que déjà, on tombe dans un univers unique en son genre, espèce de transfuge de dialogues scénarisés par Michel Audiard (genre Les Tontons Flingueurs) mais aussi de Usual Suspect. Un sacré mélange détonnant ! Et s'il y a une condition à respecter en entrant dans Série B, c'est de ne SURTOUT rien prendre au premier degré, sinon ça risque de faire mal ! ^^ Mais j'y reviendrai plus tard...

En attendant, ce premier volet des aventures de Stan Kurtz nous fait vivre les palpitantes et incroyables aventures de cet ancien téléconseiller reconverti en détective privé. Bon, à la base il pensait ne traiter que des divorces & des adultères, sauf qu'on connaît tous le sens de l'humour de cette chère bonne Vie... prompte à nous en faire voir de toutes les couleurs, et toujours quand on ne s'y attend pas. C'est ainsi qu'un beau jour, Stan voit débouler dans son bureau une femme presque fatale, de celle qu'on rêve tous de croiser lorsqu'on est affublé d'une troisième jambe entre les deux de base. Miss Boxer, artiste de music-hall - dirons-nous - est aux aboies : son cher & tendre, chanteur également, a disparu. Elle lui demande donc d'enquêter, tout en lui réglant une avance financière conséquente. Ça tombe bien, Stan est fauché et il a un loyer à payer. Il accepte. Ça a tout l'air d'être sa première affaire d'homicide, ça ne se refuse pas. Au fur et à mesure de ses investigations (laborieuses), on semble bien déterminé à lui mettre des bâtons dans les roues, voir même dans la tronche. Stan se retrouve très vite embarqué dans une spirale qu'il ne contrôle pas, et comme on dit, les emmerdes attirent les emmerdes. L'averse arrive au-dessus de sa tête, et le Kurtz n'a évidemment pas pensé à emmener de parapluie avec lui. Non, ça serait trop facile... ^^

-> La bizarrerie de l'année...

Plus qu'une bizarrerie, Stan Kurtz est un véritable ovni, de celui qu'on a encore jamais lu (enfin, pas à ce jour me concernant ^^). Normal, les ovnis c'est pas sensé s'observer à chaque coin de rue non plus... Je dois dire qu'au début, j'avais peur de ne pas aimer, de ne pas rentrer dedans tant l'écriture est au 36ème degré. J'avais lu une chronique particulièrement méchante et acide sur ce livre, et je dois dire que la personne qui l'a rédigée devait sacrément se trouver à côté de ses pompes. Parce que déjà, dire de Stan Kurtz qu'il est misogyne, non pas vraiment. C'est un mec, quoi. Un alcoolique ? Oui, et non. L'auteur nous refourgue quand même quelques pièces de puzzle sur le passé de Stan, et on ne peut que se féliciter qu'il ne soit pas au 37ème dessous. Il gère plutôt bien le gars, trentenaire de surcroît. Et il ne fait pas un boulot facile non plus, entouré de cons qu'il est (comme nous tous d'ailleurs). À chacun ses dérivatifs, ses drogues. Pour beaucoup c'est la télé, le fric, la bouffe... bah pour Stan c'est l'alcool et la baise (quand l'occasion se présente). Il profite de la vie, et j'ai envie de dire qu'il y a bien plus détestable comme héros. Stan c'est en définitif l'anti-héros. Pas spécialement charismatique, bien qu'il ait un sens de la répartie unique en son genre (pour mon plus grand plaisir), c'est une belle & grosse feignasse, sans pour autant être un archétype sociétal dirons-nous. La vie ne l'épargne pas, il en a pris plein la gueule par le passé (et en prend encore plein la tronche tout au long du livre), faut quand même être en état d'encaisser, et Stan fait le job avec courage. Il n'en est que plus admirable. C'est un héros des temps modernes, torturé, avec ses failles, certes, mais avec ses idéaux et une certaine moralité ou code d'honneur, appelez ça comme vous voudrez. Personnellement, je dois dire que je l'apprécie plus à la fin du livre qu'au début. Et puis, qu'est-ce qu'on se marre tout au long de ce premier volume !!!

On se marre... oui, on rit jaune et on voit rouge parce que bon, Marc Falvo ne nous épargne pas vraiment. La partie 3 - Le Réveil de la Bête - est particulièrement cocasse ! Putain, j'ai pas d'autre mot !!! Pourquoi ? Ma réponse tient en une photo, que je ne résiste pas à vous montrer ci-dessous...

Un rat ? Mais c'est trop meugnon un rat !!! Oui, dans une cage et vendu en animalerie, certainement... mais trois rats + 2 autres accessoires = ??? Je ne vous le dirai pas mais une chose est sûre : cette scène n'est pas prête de s'effacer de mon esprit... merci beaucoup M'sieur Falvo !

Un rat ? Mais c'est trop meugnon un rat !!! Oui, dans une cage et vendu en animalerie, certainement... mais trois rats + 2 autres accessoires = ??? Je ne vous le dirai pas mais une chose est sûre : cette scène n'est pas prête de s'effacer de mon esprit... merci beaucoup M'sieur Falvo !

Une scène déjà culte et dont je ne trouve aucun adjectif suffisamment fort et précis pour symboliser l'état d'esprit qui fut le mien lors de sa lecture, à une heure avancée de la nuit... comment trouver le sommeil après, lorsque tout a été si bien restitué : les bruits, les odeurs, les couleurs, les matières... Vous ne comprenez rien à ce que je raconte ? Bah oui, c'est normal, vous voulez pas que je spoile tout tant que vous y êtes ?

Et que dire des rebondissements ? J'en ai senti venir quelques-uns je dois dire, mais aussitôt me disais-je " c'est ça à tous les coups !!! ", que l'auteur nous le confirme mais puissance 10 ou le plus souvent il nous prend complètement au dépourvu avec maestro !

Bien évidemment, la fin n'en est pas une à proprement parler. Il y a 5 tomes derrières, et surtout on brûle de savoir qui est vraiment ce personnage haut en couleur que tout le monde appelle Le Révérend. Pire et bien plus charismatique que le Keyser Söze d'Usual Suspect !!! Il est certain que ce cher Stan Kurz n'a pas fini de nous surprendre et surtout, ne nous faire marrer (tant en nous faisant frissonner, ce bougre d'inconscient ! ^^).

< EXTRAITS >

" - Monsieur Kurtz, laissez-moi vous dire que je suis plutôt surprise... Presque déçue. Ce sont toujours les ex-flics qui deviennent détectives privés. Par les anciens standardistes.

Elle semblait sûre d'elle. Comme si elle était la première à me faire la remarque.

- Je suis trop jeune pour un ex-flic. Et ça fait un avantage sur mes concurrents, je réponds très bien au téléphone. Pourquoi me dérange-t-on au milieu de la nuit ?

- Il est quinze heures.

- Rien n'est plus subjectif que la nuit. "

(...)

" - Joli tour de chant... Ça fait longtemps que vous brûlez les planches ?

Elle se tourna vers moi comme vers un insecte qui lui agacerait l'oreille.

- Tu crois qu'on va aller loin avec ça, coco ?

Silence.

Kathryn enfourna un petit cigare dans sa bouche.

- Vous savez qu'il est interdit de fumer dans les lieux publics.

Elle sortit de son sac une boîte d'allumettes.

- Fais-moi un procès.

- Vous préférez avant ou après la demande en mariage ?

Kathryn fit un signe au barman à quelques mètres.

- Je me marie pas avec les flics.

- Qu'est-ce qui vous fait croire que je suis flic ?

- Tu poses trop de questions pour un fan, et pas assez pour un contrôleur fiscal.

Je lui montrai ma licence de privé. Elle y jeta un œil avant de passer commande.

- Détective Kurtz, mais vous pouvez m'appelez Stan...

- Je t'appellerais pas une ambulance si tu crevais sur le bord de la route.

J'étais accoudé au bar avec une plantureuse créature qui jurait comme un charretier. Elle avait de la répartie, moi du temps à perdre et une affaire à régler. "

(...)

" - Monsieur Kurtz... Avez-vous déjà eu envie de tuer quelqu'un ?

- Tuer qui, mademoiselle ?

- Personne en particulier... Tout le monde. Je ne parle pas d'un acte prémédité ou d'une vengeance. Mais de cette envie qui vous tenaille pendant des jours et des jours. Ces moments où vous vous dites que n'importe qui ferait l'affaire, qu'on pendrait le premier venu. Un quidam assis dans le bus, une vulgaire dinde au volant qui klaxonne parce que vous ne démarrez pas assez vite, cette foule d'anonymes qui passe et repasse aux mêmes endroits, chaque jour à la même heure sans se regarder... Impossible de ne pas penser que s'il en manquait un, personne ne le remarquerait. "

(...)

" Attendez un peu que personne soit là pour vous protéger, je me ferai un plaisir de vous renvoyer téter votre mère. "

(...)

" Stan Kurtz sera magnifique ou ne sera pas. "

(...)

" Le véritable tour de force de la bêtise humaine, c'est de réussir à nous persuader qu'elle était irréversible. Chaque homme aura rencontré un nombre incalculable d'obstacles sur cette terre au cours de sa vie et chaque fois aura tenté d'en sortir indemne. Jamais d'en connaître la cause. On se retrouve face à un mur, on l'explose ou on le contourne. Jamais on essaie de savoir qui l'a construit. "

(...)

" Dieu bénisse ceux qui boivent, et les autres qui savent pas ce qu'ils ratent. "

(...)

" C'était samedi soir et l'endroit grouillait de monde, surtout des étudiants.

Je les haïssais depuis longtemps. Depuis la fac. Je haïssais leur manière de voir le monde, leur insouciance béate. Tous des moutons heureux parce que jeunes, sans le sou, sans besoins, vivant d'amour et d'eau fraîche dans une chambre exiguë. Je haïssais leur révolte permanente contre un ordre établi qu'ils finiraient sans exception par suivre un jour ou l'autre... Les étudiants étaient des mains moites dans des gants de skaï. "

(...)

" - Que mon travail est difficile. Et que les humains sont compliqués à manipuler. J'aurais dû me borner à mener des expériences sur le métabolisme des rats... Le rat au moins, ne vous demande pas pourquoi vous le choisissez. "

Pourquoi un loup noir ? Pour le savoir faudra lire ce 1er volet, les loulous !!!

Pourquoi un loup noir ? Pour le savoir faudra lire ce 1er volet, les loulous !!!

MA NOTE : 4.5/5

-> Une introduction qui envoie du lourd, à tous les niveaux !!!

Pourquoi pas un 5/5 si je n'ai rien à reprocher ? Et bien parce que j'attends de lire la suite et parce que plusieurs petits détails sont vite passés à la moulinette (la suite de la seconde agression : un peu trop facile de rentrer chez soi, après ça, comme si de rien n'était. Comment a-t-il fait vu qu'il ne s'est pas rendu lui-même à l'hôpital ? C'est pas très grave, mais je me suis quand même dit que ça paraissait un peu trop facile...). Mais aussi parce que j'ai senti venir 2/3 rebondissements...

Quoi qu'il en soit, je comprends maintenant pourquoi cette série a suscité autant de remous, mais je ne comprends toujours pas pourquoi il a suscité autant de haine chez certaines personnes, surtout chez la gent féminine ? Jusqu'à preuve du contraire votre Serviteur ici bas y est rattachée (au genre féminin), de même qu'elle est très attachée à un certain concept de féminisme, et pour autant elle n'a pas été choqué, révulsé et patati patata par l'attitude et les grossièretés du Sieur Kurtz. Au contraire, c'est drôle, barge, déjanté, avec presque un côté Tarantino/Rodriguez et une touche d'Audiard dans les dialogues. Et puis, cette violence dont il peut faire preuve, à l'égard de certaines " femmes ", elle est compréhensible compte tenu de l'épée de Damoclès qui lévite au-dessus de sa tête. Difficile d'imaginer comment nous réagirions précisément si nous nous retrouvions à sa place, acculés et en ayant plus rien à perdre ? C'est facile de jeter la pierre à travers le prisme de la douillette sécurité. Alors, un peu de psychologie, d'empathie, que diable ! Malgré tout cela, il y a de jolis messages qu'il faut savoir décoder entre les lignes (du genre se méfier des apparences, hé ! hé ! et puis rester fidèle à soi-même ! carpe diem ! et dire merde à la connerie humaine, le plus grand fléau de notre temps !!!).

Finalement, sous ses airs d'ours bourru suicidaire, névrosé, alcoolique, épicurien, paresseux, Stan Kurtz est un personnage attachant, et visiblement bien empêtré dans une belle mare de merde ^^. Arrivera-t-il à sortir la tête hors de la fange ? Aurons-nous d'autres pièces de puzzle ? La suite aux prochains épisodes, comme on dit !

J'attends de lire la suite avec impatience et je prévois encore de franches parties de poilade. Encore 5 tomes, il peut s'en passer des choses !

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...