Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

21 Apr

" MONTAGNE DE SANG ", de Christophe Piteux (2016)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

" MONTAGNE DE SANG ", de Christophe Piteux (2016)

Parmi les sorties du mois chez les Éditions Fleur Sauvage, on peut découvrir une petite fleur rouge sanguine, et dure comme la pierre... Un étonnant thriller qui contraste beaucoup avec les précédentes publications de cette maison d'édition originale de très grande qualité ! Pourquoi donc ? Pour plusieurs raisons. La principale renvoyant à l'incroyable couverture de ce roman dont les couleurs et le titre m'ont d'emblée fait hurler de plaisir !!! Vous comprendrez aussi pourquoi en prenant connaissance de la 4ème de couv' hé ! hé !

L'auteur n'en est pas à son coup d'essai. Auréolé du prix du premier roman du Lion's Club pour son très remarqué premier roman, Jeu de Pistes (sorti en 2006 aux Éditions Amalthée), il se murmure qu'il graviterait dans l'ombre & l'entourage du grand Franck Thilliez, qu'on ne présente plus (et qui est l'un de mes chouchoux - faut dire aussi que j'ai débarqué dans l'univers du polar/thriller français un peu - beaucoup - grâce à lui & Mister Chattam...).

Apparemment, l'écriture de Montagne de Sang aura pris à son auteur beaucoup de temps. Après l'avoir lu, je comprends pourquoi... Attention, je préfère vous prévenir : TRÈS GROS COUP DE CŒUR POUR MOI !!! Pourquoi ? Une résurgence du mythe vampirique en pleines montagnes vosgiennes : les Lymbes ne peuvent que frémir de plaisir !

-> " Des corps abandonnés, vidés de leur sang.

Une enquête où la science se confronte aux légendes.

Jusqu'aux révélations...

Jusqu'à de nouveaux meurtres... "

Soutenus par ses pairs, Franck Thilliez en tête, Christophe Piteux nous offre une enquête policière fort bien documentée et haletante, guidée par des personnages aussi convaincants qu'attachants. Une réussite !

La ville de Gerardmer, cadre principal de cette trépidante enquête...

La ville de Gerardmer, cadre principal de cette trépidante enquête...

-> " Lune, sang et barbarie... "

Montagne de Sang s'inscrit comme une suite - sans vraiment en être une - de Jeu de Pistes, le précédent et premier roman de l'auteur. Dans le sens où il suit les aventures de ses personnages principaux. N'ayant pas lu ce premier roman, je puis vous assurer que ça n'est nullement un handicap pour la compréhension de la présente intrigue. Le passé des personnages principaux est quand même rappelé, donc ça va à ce niveau-là.

Donc, quelques temps après les terribles événements et drames qui ont touché le capitaine de police Victor Lautrec, et un autre membre de son équipe - la spécialiste en criminologie Élise -, le trio (que tous deux constituent avec Lucien), accessoirement membres de la PJ de Lille, sont dépêchés à Gerardmer suite à la découverte d'un corps exsangue dans le petit village du Tholy et plus précisément, dans le lieu-dit du Trou de l'Enfer. En effet, Victor Lautrec s'est vu constituer (à l'initiative du Ministre de l'Intérieur) puis intégrer une cellule spéciale qu'on pourrait apparenter aux experts de la série Esprits Criminels par exemple. Ils ont les pleins pouvoir et font autorité sur les gendarmes locaux (comme c'est le cas ici, mais pas que), ayant carte blanche pour réquisitionner tous les moyens nécessaire au déroulement de leur enquête, ce qui ne va pas plaire à tout le monde, surtout dans une région où le folklore et la mentalité de "campagnards" ont encore de beaux jours devant eux.

Très vite, les premières constations mettent en évidence un crime de sang, et les premiers témoignages abondent dans ce sens. Mais Victor n'est pas dupe et ne croit pas du tout au caractère fantastique de cette affaire. Et il est bien le seul, tandis que les cadavres de jeunes filles mordues et vidés de leur sang, quelque peu malmenés, s'accumulent, de même que des disparitions inquiétantes.

En parallèle, on va suivre aussi le parcours chaotique d'une jeune médecin spécialisée en obstétrique et gynécologie, témoin de la mort brutale de l'une de ses patientes, incident qui va la renvoyer à une série d'événements dramatiques du même type qu'elle avait vécu à Colmar lors de son internat. Les causes de la mort de sa jeune patiente la hante et lui font mettre en évidence une série d'anomalies. Alors qu'elle commence à poser des questions, à demander des examens complémentaires, elle devient la cible d'un tueur professionnel. Visiblement, on est bien décidé à la faire taire quitte à utiliser des moyens radicaux.

Le trio d'enquêteurs spéciaux lillois tente de poursuivre son enquête, aidé d'un jeune gendarme, le lieutenant Aurélien Rocherfort, aux talents prometteurs. Très vite, il s'avère que les questions des enquêteurs remuent bien plus que de la poussière et des gens sont décidés à leur mettre des bâtons dans les roues. Que cachent réellement ces meurtres sanguinaires au mode opératoire atypique ? Quels secrets les notables de la ville veulent-ils à tout prix cacher ? Le mythe du vampire ne serait-il qu'un mythe, un complot ayant recours à une mise en scène élaborée afin de jouer sur les peurs ancestrales des gens ? Les deux affaires sont-elles liées ou indépendantes l'une de l'autre ?

Une chose est sûre : il se passe de drôles & macabres choses en plein cœur des Vosges. Et les toponymes où sont retrouvés les cadavres ne sont pas sans être annonciateurs de calamités... Décidément, le Mal a un indéniable sens de l'humour et aime à cultiver son entrée sur la scène.

La petite localité du Tholy (située non loin de Gerardmer), où se trouve le Trou de l'Enfer. Tout simplement. " Promenons-nous dans les bois, pendant que le vampire n'y est pas " (contine locale très connue)
La petite localité du Tholy (située non loin de Gerardmer), où se trouve le Trou de l'Enfer. Tout simplement. " Promenons-nous dans les bois, pendant que le vampire n'y est pas " (contine locale très connue)
La petite localité du Tholy (située non loin de Gerardmer), où se trouve le Trou de l'Enfer. Tout simplement. " Promenons-nous dans les bois, pendant que le vampire n'y est pas " (contine locale très connue)
La petite localité du Tholy (située non loin de Gerardmer), où se trouve le Trou de l'Enfer. Tout simplement. " Promenons-nous dans les bois, pendant que le vampire n'y est pas " (contine locale très connue)

La petite localité du Tholy (située non loin de Gerardmer), où se trouve le Trou de l'Enfer. Tout simplement. " Promenons-nous dans les bois, pendant que le vampire n'y est pas " (contine locale très connue)

-> Le mythe du vampire revisité... et dépoussiéré !

Effectivement, ça ne vous aura pas échappé, les vampires sont partout dans Montagne de Sang. Mais ne vous y trompez pas : ici, nul jeune damoiseau enjôleur évoluant à la lumière diurne, les cheveux au vent scintillant. Pas de bellâtre amouraché d'un jeune vierge. Pas de déclaration de poésie à l'eau de rose.

Quelque chose de maléfique rode dans la montagne. Invisible, féroce, il se repaît de sang. C'est sa raison de vivre. Telle une drogue, son irrépressible besoin de céder à ses pulsions se fait de plus en plus pressant. Qui est-il ? Est-il vraiment ce qu'il semble être ? Les preuves & les témoignages semblent abonder dans ce sens... Voilà que le mythe est à nos portes, bien ancré dans notre réalité, dans notre dimension. Et les gousses d'ail ne seront d'aucun secours... Pas de Nosferatu, pas de Lestat, pas de Bill Compton, ni de Comte Dracula. Non, la réalité sera bien pire.

J'ai adoré la plume de l'auteur, ses très nombreuses références, les descriptions métaphoriques sur les thèmes de la non-vie, des prédateurs prêts à jaillir de l'ombre, les revenants... J'ai trouvé que l'association avec la sombre beauté vosgienne - à la fois naturelle, sauvage, indomptable, ancienne mais tellement poétique, romantique (surtout vu la saison), mystérieuse et dangereuse - s'y prêtait. La mort guette à chaque instant, sous chaque rocher qui se trouve sur le chemin escarpé, derrière chaque arbre (déraciné ou non).

Les lieux évoqués (pour la majorité bien réels) sont saisissants. Pour les avoir visité autrefois, durant mon enfance, ça fait un drôle d'effet de les voir arrangé de la sorte dans une intrigue aussi captivante !

La Roche du Diable (près de Gerardmer)
La Roche du Diable (près de Gerardmer)

La Roche du Diable (près de Gerardmer)

Indéniablement, l'ombre de Franck Thilliez n'est pas loin non plus. Montagne de Sang étant un thriller/polar scientifique emprunt de folklore, de légendes, de fantastique, il n'est pas sans rappeler les grands best-seller de l'un des plus grands maîtres du thriller "made in France". Mais pas seulement par rapport au style. Les héros sont doubles, charismatiques et ils ont une véritable profondeur, une histoire, un côté atypique certain, de même que des failles. Pas de caricatures ici. Le mal, le bien se confondent encore et toujours. C'est d'ailleurs un fil rouge qu'on retrouve chez des auteurs comme Thilliez, bien sûr, mais aussi Maxime Chattam. Et j'aime à me confronter à ces réflexions manichéennes, qui sont également ma came.

Et puis, après tout, les légendes ne naissent pas du néant, elles viennent bien de quelque part...

Enfin, la psyché humaine et ses déviances : encore un thème d'actualité, et qui a de quoi glacer le sang. Quand les limites sont franchies, peut-on seulement revenir en arrière ? Appartenir encore au genre humain ? Qui sont les monstres ? Ceux qui les engendrent ou ceux qui le deviennent bien malgré eux ?

Vous l'aurez compris, Montagne de Sang vous fera passer un super moment de lecture. On ne voit pas le temps passer, les pages tournent à une vitesse vertigineuse, on tremble, on a peur, on retient son souffle, on ne veut pas y croire, on se prend d'affection, on meurt de savoir, de comprendre, de voir. Bref. Vous pouvez y aller les yeux fermés !

Le Manoir au Lac, un autre lieu situé à Gerardmer qui existe bel et bien !
Le Manoir au Lac, un autre lieu situé à Gerardmer qui existe bel et bien !

Le Manoir au Lac, un autre lieu situé à Gerardmer qui existe bel et bien !

< EXTRAITS >

" - (...) Est-ce que vous pourriez vous renseigner sur les crimes de vampires ?

- Vous rigolez ?

- Je suis très sérieux au contraire. Nous avons ici un corps complètement exsangue avec à la base du cou deux perforations provoquées par des appendices très pointus et acérés. Il y a également une vilaine plaie, du genre de celle qui aurait pu être causée par une morsure.

- En voilà un bon sujet d'études ! Écoutez, il y a forcément une pathologie là-dessous. Les histoires de vampires font des bons films et des bons romans mais la réalité est sans doute bien plus décevante... Il va me falloir potasser un peu mes manuels mais je me souviens vaguement d'avoir lu quelque chose sur une maladie mentale appelée le " syndrome de Renfield ". Je me souviens d'avoir fait le rapprochement avec le roman de Bram Stocker. Laissez-moi deux heures.

Victor eut le temps de mettre ses premières notes au propre avant qu'Élise ne le rappelle.

- Avez-vous retrouvé votre monsieur Renfield ? l'interrogea Victor.

- Vous en doutiez ?

- Et ?

- Si je vous dit qu'il s'agit de types passablement déjantés qui prennent plaisir à boire le sang de leurs congénères... Ça vous rappelle quelque chose ?

- Vous commencez à m'intéresser, Élise. Dites m'en un peu plus ?

- Il s'agit d'une affection mentale qui se développe en plusieurs stades, la pathologie s'aggravant à chaque nouvelle étape que franchit le sujet. Le premier stade survient généralement durant l'enfance, le plus souvent à la suite d'un incident mineur avec blessure grâce auquel le jeune enfant découvre qu'il éprouve du plaisir à boire du sang.

- Vous parlez d'un cadeau ! Il doit y avoir plusieurs centaines de milliers d'enfants qui se sont blessés un jour ou l'autre. Quand bien même leur état aurait nécessité un passage à l'hôpital, je ne vois pas comment nous pourrions nous en sortir.

- Ce syndrome peut quelquefois apparaître beaucoup plus tardivement, lors d'un accident où l'individu se voit entouré de sang et ressent l'envie ou le besoin irrépressible de le goûter. Pour que la pathologie se déclare, il faut un épisode particulièrement sanglant que je suppose plus facile à repérer, si tant est qu'on sache où chercher. Rien ne dit que votre criminel ait grandi sur place. Quoi qu'il en soit, le second stade de la maladie qu'on appelle " auto-vampirisme " provoque une véritable révélation, celle de ressentir du plaisir en buvant son propre sang, syndrome qui peut même conduire l'individu à s'automutiler pour satisfaire sa soif. Vient ensuite la " zoophagie " qui consiste à tuer des animaux pour en boire leur sang. Dans les cas avérés de syndrome de Renfield, les malades jetaient le plus souvent leur dévolu sur des animaux de compagnie, de type chiens et chats. Des proies nombreuses, faciles à approcher et qui procurent une quantité de sang suffisante pour satisfaire leur appétit. "

(...)

&quot; MONTAGNE DE SANG &quot;, de Christophe Piteux (2016)
&quot; MONTAGNE DE SANG &quot;, de Christophe Piteux (2016)
&quot; MONTAGNE DE SANG &quot;, de Christophe Piteux (2016)

(...)

" (...), n'oubliez pas que vous n'êtes plus à Paris. Les mentalités sont différentes. Nos provinces ont des histoires lourdes de souvenir et de croyances. Vous ne pouvez pas interroger les gens du pays comme les citadins ou vous n'obtiendrez aucune collaboration de leur part. Nos régions ont toutes des secrets et il n'est pas toujours bon de faire resurgir les vieux démons. "

(...)

" Le web était vraiment un outil exceptionnel. Il avait suffi qu'elle saisisse quelques mots-clés et des dizaines de sites s'étaient affichés à l'écran. Une sélection drastique s'imposait afin d'éliminer les " fantaisistes " mais au final, après avoir visionné plus de cent pages, elle avait réussi à constituer une base de données de références.

Elle avait rédigé un texte introductif en forme d'avertissement : certains crimes laissaient subsister un voile obscur sur la nature véritable de leurs auteurs. Il s'agissait d'actes datant de plusieurs siècles et les esprits de l'époque, moins informés et fortement influencés par l'obscurantisme de certains religieux, étaient évidemment très réceptifs à ces histoires de créatures fantastiques. Même si son esprit cartésien se refusait à entendre qu'une créature mi-vivante, mi-morte, comme étaient supposés l'être les vampires, puisse exister, il lui fallait admettre que les faits pouvaient parfois troubler leurs certitudes.

Élise était remontée aux origines de la légende des buveurs de sang, marquées par les exactions commise par le comte Dracula. Certes, dans l'imagerie populaire ou à travers la littérature (Élise avait mentionné pour information la théorie sur les origines égyptiennes du mythe des vampires proposée par la romancière Anne Rice), les crimes de ces êtres aussi fascinants que terrifiants remontaient à des temps ancestraux, mais les enseignements les plus riches sur un plan psychologique résidaient dans ce qu'elle nomma la période " post Dracula ".

Du côté du cinéma, nombre de réalisateurs avaient dépeint les vampires comme des êtres d'une beauté hypnotisante dont ils jouaient pour séduire leurs victimes. Les exemples les plus significatifs étaient les personnages de Lestat et de Louis, créés par Anne Rice et incarnés à l'écran par Tom Cruise et Brad Pitt. Bram Stocker, célèbre auteur de Dracula, était plus modéré, présentant son personnage sous des traits tantôt angéliques, tantôt démoniaques, et doté de pouvoirs surnaturels comme celui de se transformer en chauve-souris ou en fumée... Un personnage transcendé à l'écran par l'étonnant et inquiétant Gary Oldman.

Les faits divers qu'elle avait collectés pour les transmettre à Victor étaient très éloignés de ces images spectaculaires, parfois même idéalisées, et le replongeraient rapidement dans la réalité des crimes les plus horribles produits par des esprits humains malades. "

(...)

" Et ne vous fiez pas aux apparences. La vérité est parfois au-delà de ce que les yeux peuvent voir. "

(...)

" La Roche du Diable portait bien son nom. La route s'engouffrait sous la pierre comme dans une gueule monstrueuse. Rochefort lui avait expliqué que l'impression était encore plus frappante l'hiver, lorsque des stalactites de glace s'allongeaient sous l'arche rocheuse et formaient comme des crocs acérés. Sous le soleil du mois de Juin, cette percée dans la montagne produisait déjà un effet saisissant et Victor imaginait très bien ce qu'on devait ressentir en passant dessous. "

(...)

" Pourquoi la violence se déversait-elle ainsi avec tant de vigueur ? Quelle force obscure se déchaînait dans la région, charriant avec elle ces flots de morts ? Pour quelle raison le Mal concentrait-il ses efforts en ces lieux ? "

Le Lac aux Corbeaux, mystérieux et presque sorti d'une toute autre dimension
Le Lac aux Corbeaux, mystérieux et presque sorti d'une toute autre dimension

Le Lac aux Corbeaux, mystérieux et presque sorti d'une toute autre dimension

MA NOTE : 5/5
-> UN THRILLER PALPITANT, ENTRE SCIENCE & LÉGENDES : VIOLENT, ENVOÛTANT DU DÉBUT À LA FIN, CE QUI EN FAIT UNE RÉUSSITE TOTALE !!!

ATTENTION, C'EST UN TRÈS GROS COUP DE CŒUR POUR MOI EN CE DÉBUT D'ANNÉE 2016 (avec Soul of London, Enragés, Criminal Loft. Et qu'ont-ils en commun, S.V.P. ? Bah ils sont édités chez Fleur Sauvage, comme par hasard !).

Voilà un roman qui possède tout ce dont on peut rêver, et ce qu'on attend des grands maîtres du thriller français (Maxime Chattam, Franck Thilliez, J-C Grangé...). Il a tout pour connaître un succès retentissant, et il le mérite. Sincèrement.

Avec une petite touche de fantastique (suggérée ou véridique, ça il vous faudra le découvrir par vous-même ^^), il a tout pour plaire aux aficionados de ce genre, qui se marie à merveille avec le thriller. Un petit côté Esprits Criminels également, conférant à l'ensemble un côté scénarisé qui me ferait presque souhaiter une adaptation ciné ou télé.

Montagne de Sang aborde avec panache des thèmes oscillant entre hypothèses scientifiques, codes du genre vampirique et superstitions locales. Le cadre géographique des Vosges est très bien trouvé, conférant à l'ensemble une ambiance inquiétante et féroce. Ah, la nature lorsqu'elle est sauvage & indomptée : ça peut faire mal. Très mal ! Si vous êtes avides de sensations fortes, d'air pur (la montagne, ça vous gagne !), d'enquêtes policières prenantes, que vous êtes fans de personnages charismatiques issus de la police judiciaire ou de la gendarmerie, et que vous êtes accro au suspens bien ficelé : ce roman est pour vous !

L'enquête & les procédures (scientifiques, judiciaires etc...) sont très bien restituées et documentées, ce qui rend le tout très crédible, et immersif.

On a des personnages forts (notamment avec notre trio hétéroclite et malgré tout attachant), une équipe de choc qui pourrait presque renvoyer au placard ces héros de séries policières américaines avec leurs unités spéciales de choc. Et ce petit gendarme Rochefort est fort sympathique, ma foi !

Beaucoup de potentiel pour une suite, vu que c'est le second roman qui met en scène ces mêmes personnages principaux (ce que j'ignorais avant d'avoir fini le livre et d'avoir fait quelques recherches préliminaires). De plus, on a une couverture (toujours réalisée par le talentueux Bertrand Binois) à la fois sombre et poétique qui restitue très bien l'ambiance générale du livre. Et une couv' comme on en a encore jamais vu ailleurs qui plus est !!!

Malgré tout, je me dois de dire que des vilaines coquilles traînent encore. Néanmoins l'écriture est si belle, forte, mature et maîtrisée qu'elles se font toutes petites au final.

Enfin, j'ai dit que ce livre était pour moi un gros coup de cœur. C'est exact mais la raison qui fait que je n'ai pas attribué un 5+ (sur 5 comme pour Le Carnaval aux corbeaux d'Anthelme Hauchecorne - seul détenteur à ce jour de cette note rarissime) tient à la fin en demi-teinte pour moi. Pour ne pas spoiler je ne peux trop en dire. Il est indéniable qu'elle appelle à une suite (avec Victor, Élise & Lucien), mais j'espérais une ouverture plus... Quelque chose de plus " WAOUH ! ". Mais comme je ne peux rien dire pour ne pas m'attirer les foudres divines de je ne sais quelle entité machiavélique, je m'arrêterai là. Je sais, c'est sadique, mais c'est ainsi. Le monde des bisounours ne se trouve pas ici bas... ^^

Le 1er roman de Christophe Piteux, dans lequel vous retrouverez (pour le début de leurs aventures) Victor & Élise, et dont les événements mentionnés fugacement sur le passé de ces deux personnages y est plus longuement développé.

Le 1er roman de Christophe Piteux, dans lequel vous retrouverez (pour le début de leurs aventures) Victor & Élise, et dont les événements mentionnés fugacement sur le passé de ces deux personnages y est plus longuement développé.

Christophe Piteux - Salon du Polar LES MINES NOIRES de Noeux-Les-Mines (2nde édition) - 24 Avril 2016

Christophe Piteux - Salon du Polar LES MINES NOIRES de Noeux-Les-Mines (2nde édition) - 24 Avril 2016

Commenter cet article

Jacaranda 22/04/2016 21:06

Il a l'air très bien. Mais du coup la porphyrie est un des thèmes principaux de ce roman ? Si c'est le cas, c'est dommage de divulguer cet aspect-là ^^

Benedict Mitchell 22/04/2016 21:10

Attention, je n'ai jamais écris que la porphyrie était l'un des thèmes principaux. Je dis juste que c'est l'un des nombreux thèmes évoqués et qu'il est normal d'en parler lorsqu'on s'interroge sur les hypothèses scientifiques du vampirisme. Ce livre traite d'un tas de choses liées au mythe du vampire, et il est normal de se pencher sur tous ses aspects.

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...