Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

30 Jan

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

Lire des livres c'est bien, mais pouvoir en parler directement avec les auteurs c'est encore mieux ! Les Salons c'est bien, mais on a pas toujours le temps de poser toutes les questions qui nous brûlent les lèvres (foule, promiscuité, timidité... et j'en passe ! ^^).

Bonne nouvelle : les écrivains, quelle que soit leur popularité, sont des gens comme nous. Si si. Même qu'ils sont sympas, bien que certains fassent un peu peur (quand on voit de quoi ils sont capables dans leurs livres)... ^^ On me souffle dans l'oreillette que finalement mieux vaut l'évacuer dans une fiction que dans la vraie vie avec de vrais gens... oui, présenté comme ça c'est pas faux...

Mais sinon, c'est quoi le Salon du Canard Policier de Dainville ?

-> C'est un salon du polar qui a lieu tous les deux ans à Dainville, petite ville limitrophe d'Arras.
-> Organisé par l'association " Le Cercle des Amis de la Bibliothèque de Dainville " sous la présidence de Daniel Cassoret.
-> Près de 1500 visiteurs lors de la dernière édition de 2014 (en une seule journée !)
-> Franck Thilliez, célèbre auteur français de thrillers( natif de la région) en est devenu la Mascotte puisqu'il a été présent lors des 3 éditions.
-> 40 auteurs conviés en 2016
-> Bernard Werber (qu'on ne présente plus) : invité d'honneur de cette 3ème édition

Alors, pour mon premier Salon du Canard Policier dainvillois (je ne sais pas si ça se dit comme ça mais tant pis), je suis très très agréablement surprise ! Je reviendrai, ça c'est sûr !

Bien que la salle soit très petite, que le bruit devienne vite cacophonique (surtout quand il pleut " comme vache qui pisse " comme on dit par ici - et encore, estimez-vous heureux que je ne vous l'ai pas rédigé en patois, vous auriez été incapable de comprendre quoi que ce soit), qu'il fasse vite chaud (comme toujours dans les salons avec une forte affluence), la qualité et la variété étaient au rendez-vous, le tout dans une ambiance très conviviale, détendue, bon enfant et presque familiale. On a l'impression que tout le monde se connait, tout le monde s'apostrophe, on échange avec de parfaits inconnus dans les files d'attentes (enfin, peut-on vraiment parler de files d'attentes, c'est dérisoire comparé à d'autres salons du même type et d'une plus grande envergure ^^).

Bon, après, arriver en fin de matinée, c'est pas forcément l'idéal si on veut bien prendre le temps de parler avec le plus d'écrivains possibles (mais il y a quand même moins de monde ^^), pause méridienne oblige, mais je suis contente : j'ai pu voir les auteurs que j'escomptais voir, et même en découvrir d'autres (ce qui est un peu le principe de ces salons qui rassemblent les grosses pointures, les vieux briscards mais aussi les petits nouveaux et ceux qui sortent du lot). Il faut de tout pour faire un monde et si tous ces auteurs ont été convié c'est qu'ils le méritaient.

Un petit rappel des auteurs invités et présents

Un petit rappel des auteurs invités et présents

Et comme toujours dans ce type de salons, on se fixe un budget à ne pas dépasser (surtout quand il y a plusieurs salons de prévus sur un même qu'il faudra vite penser à se procurer dès que possible (avec l'évidente certitude que même après avoir investi dans une liseuse, on limitera peut-être les livres papiers, mais absolument pas les titres à lire). Monde de merde. Oui. La vie est injuste parfois, mais faut-il pour autant penser à aller se faire soigner ? Non ! Parce que les livres c'est bon pour la santé (sauf si effectivement l'une de vos bibliothèques vous tombent dessus pendant que vous dormez auquel cas ce sera bien " pas d'bol " mais la vie ne vaut d'être vécue que lorsqu'on prend des risques...

Après ces quelques digressions, revenons-en à nos moutons, et en l'occurrence ici, à nos canards (non, je vais éviter le mot " poulet " parce que c'est vraiment très nul ^^) !

La photo du péché commis ce jour (ou des péchés car je vois déjà se profiler la gourmandise - évidemment - mais aussi l'envie, la paresse, et peut-être la luxure pour certain(e)s aux mœurs plus que douteux) :

Des nouvelles chroniques à venir à la pelle (et ça n'est qu'un début, la saison des salons littéraires ne faisant que commencer... Aïe Aïe Aïe... )

Des nouvelles chroniques à venir à la pelle (et ça n'est qu'un début, la saison des salons littéraires ne faisant que commencer... Aïe Aïe Aïe... )

Le Salon du Canard Policier en quelques photos (et en quelques indiscrétions)...

-> Les Grands Pontes du Thriller/Polar français :

1. Franck Thilliez
La photo n'est en aucun cas représentative puisque prise à l'heure de la pause du midi (on a un cerveau ou on en a pas, j'ai un peu zappé de le photographier lorsqu'il me dédicaçait plusieurs de ses livres)

La photo n'est en aucun cas représentative puisque prise à l'heure de la pause du midi (on a un cerveau ou on en a pas, j'ai un peu zappé de le photographier lorsqu'il me dédicaçait plusieurs de ses livres)

Pandemia étant la dernière sortie de M. Thilliez (et elle date de l'été dernier) il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la dent pour celles & ceux qui auraient déjà tout lu de lui. Bon, à part la réédition de la " trilogie " du block " Sharko/Hennebelle " - Le Syndrome E + Gataca + Atomka - en un seul et même volume (ce qui présente l'avantage d'économiser 2 livres pour une dédicace). Un gain de temps (et d'encre) pour l'auteur, pour nous lecteurs, ça reste toujours un pavé à ranger dans sa bibliothèque. Perso, je préfère mes 3 livres séparés comme ça, ça fait 3 dédicaces au lieu d'une ! Et toc !

Sinon, pour celles & ceux qui l'ignoreraient, le prochain livre de Franck Thilliez - mascotte de ce salon - sortira en Juin prochain et sera un " one shot ", un thriller psychologique à propos des rêves... Un programme très alléchant ! Surpassera-t-il le dernier roman de son comparse membre de la Ligue de l'Imaginaire (alias Bernard Werber) - qui traite également de ce sujet ? Les paris sont d'ores et déjà ouverts !!!

Comme toujours, un auteur agréable, souriant, (intimidant), accessible. On est loin des ruades de ménagères en chaleur désireuses de poser aux côtés de Maxime Chattam lors du Salon de Paris... ^^

2. Bernard Werber
Ma seule photo d'un auteur de face (oui, j'ai déjà dis que je ferai mieux la prochaine fois !!!)

Ma seule photo d'un auteur de face (oui, j'ai déjà dis que je ferai mieux la prochaine fois !!!)

L'invité d'honneur de cette troisième édition !

Je me demande encore comment les organisateurs sont parvenus à le convaincre de quitter sa belle capitale pour le Noooooooord ! En plus il pleuvait, on va encore dire que c'était fait exprès... qu'il fait jamais beau ici !

Finalement, Bernard Werber ne déroge pas à la réputation qui lui colle à la peau : très sympa, accessible et pédagogue ! J'ai apprécié qu'il me montre le fonctionnement, sur son smartphone, de son application-hypnogramme, même si je suis pas très convaincue que ça marche sur moi avec le port d'un masque pour traiter les apnées du sommeil... enfin, bref, je divague et je vous renvoie à la lecture de son dernier roman, Le Sixième Sommeil (dont vous pouvez trouver la chronique ici-bas), mon 1er coup de cœur de 2016 ! Et un auteur à la longue bibliographie prolifique que je vais prendre grand plaisir à dévorer !!! (Oui je n'en ai lu que 2 pour l'heure, et alors ? Avoir un pieds dans le monde du polar/thriller et un autre dans la SFFF, c'est pas l'idéal pour torcher des PAL et ne pas se fâcher avec son banquier/porte-monnaie !)

Il y a de quoi faire...
Il y a de quoi faire...

Il y a de quoi faire...

3. Stéphane Bourgoin
Oui, encore une photo sans auteur mais il se balladait souvent Mr Bourgoin (oui, je me cherche des excuses, et alors, j'ai bien le droit !!!)

Oui, encore une photo sans auteur mais il se balladait souvent Mr Bourgoin (oui, je me cherche des excuses, et alors, j'ai bien le droit !!!)

Spécialiste international des tueurs en séries, profiler, criminologue ayant collaboré avec le FBI, ayant rencontré, dans le Couloir de la Mort, les pires serial killer (américain) qui soient, ayant résolu l'Affaire du Dalhia Noir, Mr Bourgoin nous présente sa dernière parution, Sex Beast, une étude sur " le pire serial killer de tous les temps ", Gerard John Schaefer. Un carton, l'ouvrage ayant déjà été épuis sur le net avant même sa sortie !

Il se murmure que Mr Bourgoin va se lancer dans l'écriture de thrillers... délaissant quelque peu l'étude des monstres qu'il a étudié (en même temps, n'aurait-il pas fait le tour de la question après la parution de tous ses best-sellers ?) durant ces dernières décennies, et qu'une série TV va aussi voir le jour... mais patience !

-> Les auteurs des Éditions Fleur Sauvage

Basée dans le Pas-de-Calais, près de Lillers, Fleur Sauvage est une maison d'édition qui monte, qui monte, qui monte !!! Fière d'une ligne éditoriale de très grande qualité, avec beaucoup d'originalité (et un graphiste atypique - Bertrand Binois - qui lui confère une originalité qu'on n'oublie pas, et qu'on reconnaît - elle fait même partie du processus de lecture tant elle peut donner envie de lire le livre avant même qu'on prenne connaissance du pitch !), je ne peux qu'insister sur la pertinence de ses choix éditoriaux ! Pour l'heure je n'ai lu que La Compassion du Diable de Fabio M.Mitchelli, et L'Intimité du Tueur de Pierre Willi, mais je peux vous dire que je n'ai pas fini de vous parler de Fleur Sauvage, de même que de sa petite sœur - en pleine gestation, et dont la naissance est imminente, Aconitum...

Bref. Ce jour, étaient donc présents, plusieurs des auteurs emblématiques de Fleur Sauvage, venus présenter leurs bébés.

-> Marc Falvo / Stan Kurz
Oui, je sais ! L'auteur n'est pas là, pourtant je l'ai vu et lui ai même parlé ^^

Oui, je sais ! L'auteur n'est pas là, pourtant je l'ai vu et lui ai même parlé ^^

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

Stan Kurz est le pseudo de Marc Falvo, ainsi qu'une saga en poche dont on parle beaucoup depuis cet automne. Publié mensuellement, en livre de poche (pour un petit prix de 8 euros), il comptera 6 tomes (publiés depuis Octobre 2015). Puis l'année prochaine, certainement durant l'automne (si je me souviens bien des explications de Marc Falvo) viendra s'y ajouter une seconde saison avec à nouveau 6 épisodes, basés sur le schéma d'une série TV.

C'est une découverte totale, je ne connais pas, je sais juste que tout le monde m'en dit du bien !

Affaire à suivre !

C'est violent, déjanté, bien barré (peut-être pas trop dans le premier tome mais il paraît que plus on avance dans les tomes plus ça devient trash) : verdict = j'ai hâte !

Bon, il ne faut pas non plus oublier les autres ouvrages de Marc Falvo, comme Le Cri, dont j'en reparlerai au printemps !

-> Michael Moslonka
Vous voyez ? Faut pas toujours tout voir en noir (même si on parle de polars) ! Il y a du mieux, et ça méritait d'être souligné (même si la photo aurait pu être mieux cadrée - oui ! Z'êtes jamais content !)

Vous voyez ? Faut pas toujours tout voir en noir (même si on parle de polars) ! Il y a du mieux, et ça méritait d'être souligné (même si la photo aurait pu être mieux cadrée - oui ! Z'êtes jamais content !)

J'ai craqué alors que je m'étais jurée de ne pas craquer... Cette personne qui n'aimait pas les chiens ... qui fait partie du top (je ne sais plus combien) d'une association de protection canine. Cette dernière répertorie et chronique des textes parlant de nos amies à poils (les chiens, je veux dire).

Un auteur très abordable, très sympathique, une belle rencontre (comme avec les autres d'ailleurs). Du coup, encore une chronique à venir, sans oublier l'excellent 666° kilomètre que je compte me procurer dès que mon porte monnaie se sera refait une 'tite santé !

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)
-> Patrick S. Vast & Pierre Willi
Désolée pour M. Vast (et pour M. Willi qui n'est même pas présent sur cette photo) : oui, j'aurais pu faire mieux mais je le ferai la prochaine fois, pour sûr !)

Désolée pour M. Vast (et pour M. Willi qui n'est même pas présent sur cette photo) : oui, j'aurais pu faire mieux mais je le ferai la prochaine fois, pour sûr !)

Parfois, juste en voyant une couverture on se dit... qu'on va craquer !

Et j'ai craqué ! Surtout quand on me parle en plus de destins croisés, de satanisme, de rock. Il ne m'en faut pas plus !

Franchement, elles sont pas belles les couvertures de Bertrand B. ?

Franchement, elles sont pas belles les couvertures de Bertrand B. ?

Ensuite, autre auteur que j'avais vraiment hâte de rencontrer, Monsieur Pierre Willi, alors qu'hier je publiais ici-bas la chronique de mon second coup de cœur de 2016, avec L'intimité du Tueur.

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

Quand on découvre un personnage aussi horrible (et aussi délicieusement pathétique, qu'on aime détester) on a tout de suite envie de demander à son créateur : mais pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de violence ? Entendre ledit auteur nous répondre qu'il a eu du mal, qu'il le détestait aussi, que ça n'était pas facile de se glisser dans l'horrible graisse de Papy Cojeul (et qu'il a aimé rédiger cette fin si spectaculaire et drôle), on se dit qu'on est en face d'un grand monsieur du polar ! Et qu'on aura grand plaisir à compléter sa bibliothèque avec ses autres ouvrages (non parus chez Fleur Sauvage).

-> Tous les autres...

Parce que je ne peux pas tous les citer, et puis parce que certaines couvertures nous attirent plus que d'autres, que je ne suis pas tellement fan du polar à la française, le pur et dur, spécialisé dans l'enquête... bref, parce qu'il en faut pour tous les goûts, et qu'on ne peut pas tout découvrir en une seule fois.

Et puis, il y a ceux dont on entend fugacement parler sur les réseaux sociaux, et qu'on désire, du coup, rencontrer.

-> Maxime Gilliot

Voilà un écrivain qui, comme moi, a un pied dans le thriller et un autre dans le fantastique.

Organisateur des Halliennales, le grand festival de l'imaginaire (au nord de Paris), je ne m'attendais pas à trouver sur son stand autre chose que du polar. Et bien, j'aurais pu encore chercher longtemps si on ne m'avait pas dit qu'il avait publié un ouvrage sur les zombies (et surtout, sous un autre pseudonyme) : Manhattan Carnage, de Orcus Morrigan (joli pseudo au passage, hein ?). L'histoire d'un gars qui devient un zombie et raconte son calvaire. Un univers complètement barré : j'adhère ! J'achète.

Mais le Maxime Gilliot, sentant peut-être l'acheteuse de livres compulsive qui sommeille en moi, m'oriente très vite sur celui qu'il appelle " son chouchou", Les Disparus de l'A16, édité en Livre de Poche, une référence, me souviens-je avoir lu quelques part sur un groupe de Mordus de Thriller...

Bref, je peux difficilement dire non, surtout vu le petit prix proposée par la maison d'édition.

Il a osé m'écrire, dans la dédicace : " cette farandole de tripes fraîches et fumantes " ! J'adooore déjà !

Il a osé m'écrire, dans la dédicace : " cette farandole de tripes fraîches et fumantes " ! J'adooore déjà !

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)
-> Damien Leban
Vous voyez qu'on voit quand même les auteurs (enfin, certains - et même en arrière plan, ce qui vaut pour les autres photos ci-dessus)

Vous voyez qu'on voit quand même les auteurs (enfin, certains - et même en arrière plan, ce qui vaut pour les autres photos ci-dessus)

La couverture m'avait interpellé sur une page internet consultée récemment... et quelle joie de réaliser que cet auteur originaire de la Somme - inconnu pour moi jusqu'à hier soir - venait sur ce Salon !

Ni une, ni deux, je m'arrête pour discuter avec ce jeune auteur super agréable, drôle et avec qui j'ai pu parler d'écritures, de coquilles, de couvertures, de rupture de stocks, de bibliothèques-bureaux interdits aux autres...

Une chronique de plus à ajouter à la longue liste... et elle s'annonce très alléchante en tout cas.

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

BILAN

-> Ô grand Canard Policier, mon cher voisin, je reviendrai dans ton antre (pourvu qu'il ne pleuve pas à nouveau fin Janvier 2018), que ce soit en tant que blogueuse littéraire, chroniqueuse, ou en visiteur, voir en autre chose... qui vivra verra !

3ème édition du Salon du Canard Policier de Dainville (30/01/2016)

J'y retrouverai la mascotte ( Franck Thilliez) qui nous aura sûrement régalé avec au moins 2, voir 3 nouveaux romans, les talentueux auteurs de chez Fleur Sauvage, les autres, ceux que j'aurais lu d'ici là, ceux que j'aurais découvert en cour de route...

Comme l'a dit quelqu'un - lors du discours d'inauguration du Salon - voir autant de gens passionnés par la culture, par les mots, par les livres, en ces temps si durs où la bêtise tente quotidiennement de coloniser toujours plus de terrain, ça fait du bien.

Du bien de voir des auteurs à l'imagination prolifique créer, donner, partager, échanger. Mais ça fait aussi beaucoup de bien d'y lire des messages porteurs d'espoirs (oui, je pense tout particulièrement à Bernard Werber). Du bien de voir les gens réceptifs à cette osmose, cette magie.

Alors ça n'est peut-être pas le plus gros, le plus grand salon du Polar, mais qualité ne rime pas toujours avec quantité. J'ai clairement senti que ce salon était avant tout une histoire de passionnés, passant deux ans à préparer avec tout leur cœur un évènement fédérateur, culturellement, pour notre si belle & si riche région. D'où l'ambiance particulièrement agréable (et familiale), à la bonne franquette (oui, c'est le Nord : même s'il pleut dehors, dans nos cœurs brille le soleil ^^).

-> RDV en 2018 (pour de plus belles photos, mais d'ici là j'aurais bien d'autres occasions de m'améliorer et de vous proposer des reportages plus sérieux. Ou pas.)

Commenter cet article

Salon du Canard Policier 01/02/2016 13:16

Merci pour cette chronique tellement riche qui nous va droit au coeur, j'aime les gens passionnés. Dommage de ne pas vous avoir rencontrée sur le salon. Bien cordialement. Daniel Cassoret

Benedict Mitchell 01/02/2016 14:49

Oh mais je vous en prie, c'est bien normal de souligner un évènement aussi riche, qui rassemble tant de passionnés, et qui est organisé avec autant de passion & de générosité. Hé bien, nous nous sommes brièvement parlés, mais je ne savais, alors, pas qui vous étiez. Je ne l'ai su qu'en partant, alors que je posais quelques questions à propos du Salon aux charmantes hôtesses à l'accueil ^^. Dans la file d'attente pour Bernard Werber (en fin de matinée), une dame vous a demandé si " Le Dernier Sommeil " était bien... vous lui avez répondu que c'était costaud, je vous ai entendu, et vous ai répondu qu'il n'était pas si costaud que ça, pour l'avoir lu récemment, etc... Mais bon, avec la foule etc... pis c'était mon 1er Canard de Dainville ^^ Ce sera pour une prochaine fois en tout cas ! :)

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...