Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

25 Nov

Terminus, de Benedict Mitchell

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Les Maux

Terminus, de Benedict Mitchell

Un petit texte en réponse à un nouveau défi proposé sur Scribay à propos de l'Apocalypse.

" Une seconde. C'est le temps qu'il aura fallu pour que le monde bascule... "

Terminus, de Benedict Mitchell

" Un terrible craquement a retenti. Un bruit que personne n'avait jamais entendu, ni même imaginé. Rien à voir avec ces films, ces blockbusters qui aimaient traiter de la fin du monde.

Ce fut comme si le ciel s'éventrait de part en part, comme si la terre rugissait de rage. Une seconde avant l'instant zéro, nous vivions dans l'insouciance de nos crimes passés, conscients ou inconscients, puis la seconde d'après, le monde avait basculé dans l'abîme, le néant. Une seconde, une infime poussière à l'échelle de l'univers mais qui suffit à faire que la Terre s'arrête de tourner. Une seconde tragique, aux conséquences des plus funestes.

Alors que notre cerveau essaye de répondre à ce stimuli sans précédent, on n'a même pas le temps d'intellectualiser le bruit entendu, de le mettre en relation avec la vague qui déferle que déjà plus rien n'est comme avant. Une seconde plus tard, le paysage qui vous entoure n'est plus qu'un lieu de désolation où seule la mort règne en maître absolu. Le maillage urbain qui vous enveloppait une seconde plus tôt, n'est plus qu'un champ de ruines, un amas de poussières, de débris anonymes. L'air devient vicié, irrespirable, il vous brûle les poumons, vous fais cracher votre sang. Vous pleurez des larmes rouges, votre vision est brouillée mais il y a une chose qui ne peut se dérober à votre regard : c'est la mort. Elle vous nimbe de ses innombrables bras, des corps jonchent le paysage tout autour de vous, des cris déchirants vous transpercent l'âme. Dans le carnage destructeur qui vient de s'abattre sur l'humanité, allez savoir pourquoi, mais tout le monde n'a pas péri. Alors que vous essayez de reprendre vos esprits, de comprendre ce que vous voyez, vous êtes tellement choqué que l'appel des suppliciés vous glace d'effroi. Vous êtes paralysé, conscient d'être encore en vie mais d'être dans un autre monde. Coincé quelque part entre la vie et la mort. Vous errez alors, telle une âme en peine, tourmentée. Peu importe où vos yeux se posent, vous ne reconnaissez plus votre planète. Partout, les mêmes teintes de noir, de gris, de marron, de cramoisi, et tellement de rouge sang... Vous ne savez pas sur quoi vous marchez, et vous ne voulez pas vraiment le savoir. De temps en temps, pendant votre interminable errance, vous ne pouvez vous empêcher de profaner un amas de chairs mortes, de heurter un cadavre brûlé, mais plus rien n'a de sens pour vous. Vous êtes perdu, vous ne comprenez pas. L'Enfer a-t-il déferlé sur terre ? Un portail s'est-il ouvert ? Un désastre nucléaire ? La vengeance, divine, de l'esprit de la Terre s'est-elle abattue ses les parasites que nous étions tous devenus ? Une invasion, une annihilation venue d'ailleurs ? Tellement de questions vous hantent alors qu'il n'y a aucunes réponses, aucunes raisons valables. Et quand bien même il y en aurait une, à quoi bon puisque l'humanité a été décimée. La civilisation vient d'être rasée. Le virus a été éradiqué...

Alors je marche, sentant mes forces m'abandonner à chacun des pas que je parviens, difficilement, à faire. L'envie de m'arrêter, et de me poser, une ultime fois, se fait de plus en plus pressante. Les rares rescapés que je croise ne me voient même pas. Nous sommes tous dans une léthargie presque mystique, pieuse, alors que nous devrions nous rassembler... mais dans quel but ? Non, plus rien n'a de sens, plus aucune cause ne mérite qu'on se batte encore pour elle puisque plus rien il n'y a. Je claudique, de plus en plus fébrilement. Mon cœur brisé ne désire plus qu'une seule chose : atteindre le terminus. "

Commenter cet article

Theroude Jonathan 30/06/2017 18:16

Jolie plume Benedict ! J'aime beaucoup votre vision post apocalyptique...

Benedict Mitchell 30/06/2017 18:27

Merci beaucoup Jonathan ! C'était juste un délire, suite à un défi du tant où j'étais sur Scribay ! LOL Je ne savais même plus que j'avais posté ça ici !

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...