Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

25 Jun

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel, 2015 (2003)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Alcôves

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel, 2015 (2003)

Pierre Pevel un grand nom de la littérature fantastique de l'Hexagone. Né en 1968, il a obtenu plusieurs grands prix tels que le grand prix de l'Imaginaire en 2002, le prix des Imaginales en 2005 et le David Gemmell Morningstar Award en 2010 pour Les Lames du Cardinal, qu'on ne présente plus (traduit dans une dizaine de langues).

La trilogie du Paris des Merveilles ne date pas d'aujourd'hui. Initialement publiée à partir de 2003, elle revient aujourd'hui dans une réédition aux couvertures magnifiques signées par le talentueux Xavier Collette, aux éditions Bragelonne (qui ne lésine jamais sur la qualité de ses illustrations).

La première édition de 2003 (qui nous donne néanmoins quelques indices sur cet univers si particulier ...)

La première édition de 2003 (qui nous donne néanmoins quelques indices sur cet univers si particulier ...)

Que dire de ce magnifique ouvrage qui, à première vue, m'a tout de suite donné envie ?

J'ai rencontré pour la première fois le Monsieur à l'occasion du Festival Trolls & Légendes de 2015 à Mons (en Belgique), alors en dédicace. Je n'avais pas encore lu la moindre de ses publications, à grand regret. J'ai depuis rattrapé mon retard ... pour découvrir un auteur à l'imagination prolifique et originale en plus d'une plume très riche et habilement structurée et maîtrisée.

Comment ne pas avoir envie de plonger dans l'univers du Paris des Merveilles en lisant une 4ème de couv' aussi alléchante ?

" Paris, début du XX° siècle.

Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétaradent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n'est pas le Paris de la Belle Epoque tel que nous l'entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, les bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.

Occupé à enquêter sur un trafic d'objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n'a d'autre choix que de s'associer à Isabel de Saint-Gil (CF la couverture), une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien ...

Bienvenue dans le Paris des Merveilles. "

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel, 2015 (2003)

En voilà un roman de reconstitution historique bien original qui nous présente un monde sensiblement différent du nôtre, une sorte d'uchronie dans laquelle le Paris de la Belle Epoque diffère de ce qu'a conservé de cette époque notre imaginaire collectif. Certes, la Tour Eiffel, les noms de rues, de lieux, les habitudes de l'époque, les fiacres et les débuts de l'électricité, des trains à vapeurs et des tacots sont toujours présents, mais la Magie a fait son coming out. Le monde des humains a découvert et assimilé l'existence de l'Outremonde et des créatures qui le peuplent : des fées, des chats-ailés, des gnomes et bien d'autres étranges créatures encore. De même que l'existence de Mages appartenant à plusieurs Cercles (Cyan, Incarnat ...) : des humains qui maîtrisent une magie naturelle et qui sont très bien intégrés à notre société.

Néanmoins le monde Magique et le monde réel cohabitent en paix (plus ou moins avec des trafics en tout genre, des assassinats et autres intrigues pour le pouvoir etc ... ) et en toute connaissance de cause. Les fées qui visitent notre capitale par exemple n'ont pas à se cacher ou à se métamorphoser pour changer d'apparence (enfin, sauf si elles sont recherchés pour certains délits dirons-nous ...).

Il est très aisé et facile de plonger dans ce monde et les intrigues qui tombent progressivement sur le lecteur. Voilà un roman, qui à mon sens, est bien plus abordable de prime abord que le premier tome des Lames du Cardinal (à titre d'exemple).

Les personnages sont assez hauts en couleur, l'humour très présent. Bien que certaines scènes sanglantes soient de la partie il n'en reste pas moins que le tout est saupoudré d'une bonne dose de légèreté. Si je devais résumer en une phrase, nous sommes en présence d'un Arsène Lupin / Sherlock Holmes fantastique ! Sous fond d'enquête policière on entre petit à petit dans un sombre complot qui pourrait bien menacer l'équilibre précaire entre notre monde et celui de l'Outremonde, aux conséquences dramatiques.

Pierre Pevel semble avoir un sérieux penchant pour ce type de récit, à n'en pas douter sa marque de fabrique : celui d'univers historiques peuplés d'éléments fantastiques comme pour Les Lames du Cardinal (17ème siècle français) avec la magie draconique & les Dragons, le Paris de la Belle Epoque et le monde des Fées et de la Magie pour le Paris des Merveilles, l'Empire Allemand et les démons & autres créatures fantastiques pour le Cycle de Wielstadt ...

Et que dire de ces " inventions " comme les chats-ailés ! Parlons-en de ces divines créatures (tout comme les dragonnets dans Les Lames du Cardinal) !

Venant de l'Outremonde, ils sont les familiers privilégiés des Fées (mais pas que, de certains magiciens aussi). Dotés de paroles (certains avec même de faux accents british, n'est-ce pas Mr Azincourt ?), ils ne peuvent s'empêcher de s'endormir à proximité de livres ou de toutes autres correspondances écrites pour, durant leur petit somme, apprendre par coeur le contenu de ce sur quoi ils ont somnolé. Pratique les petits matous (ou pas, parce que du coup certains d'entre eux peuvent se montrer particulièrement trop curieux et mêle-tout).

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel, 2015 (2003)

< Extrait >

" Il était une fois le Paris des Merveilles ...

Où l'on plante le décors d'un Paris qui n'exista jamais tout à fait.

Les contes d'autrefois, ainsi que les fabuleuses créatures qui les inspirèrent, ont une patrie. Cette patrie se nomme l'Outremonde. Ne la cherchez pas sur une carte, même millénaire. L'Outremonde n'est ni un pays, ni une île, ni un continent. L'Outremonde est ... un monde, ma foi. Là vivent les fées et les licornes, les ogres et les dragons. Là prospèrent des cités et des royaumes que nous croyons légendaires. Et tout cela, au fil d'un temps qui s'écoule autrement.

Cet univers voisine avec le nôtre. Jadis, ils étaient si proches qu'ils se frôlaient parfois. Alors naissaient des passages furtifs, des chemins de traverse déguisés, des ponts incertains jetés sur l'abîme qui, d'ordinaire infranchissable, sépare les mondes. Tel promeneur pouvait ainsi rencontrer, au détour d'un sentier perdu, une reine attristée caressant un grand cerf blanc dont une flèche perçait le flanc ; tel berger explorait une ravine et découvrait au-delà une vallée dont la vengeance d'un sorcier condamnait à un hiver éternel ; tel chevalier solitaire passait, en quête de gloire, le rideau étincelant d'une cascade vers des régions inconnues où attendait l'aventure. Combien firent semblables expériences ? Combien de poètes et ménestrels contèrent ces voyages ? Assez pour être entendus, sans doute. Trop peu pour être crus. A l'époque déjà, les esprits sages niaient l'existence de l'Outremonde et de ses prodiges. Et les mêmes, aujourd'hui, continuent doctement à vouloir peindre nos rêves en gris ...

Mais oublions les fâcheux et revenons à l'Outremonde. Il existe bel et bien, et manqua de peu changer l'Histoire. Car que serait-il advenu si, au lieu de s'éloigner à jamais, ce monde et sa magie s'étaient au contraire approchés ? Que se serait-il passé si l'Outremonde, à la faveur d'une conjonction astrale propice, ou d'un caprice du destin, avait librement étendu son influence sur Terre pour l'imprégner de merveilles que le temps écoulé nous aurait bientôt rendues familières.

Avec votre permission, admettons qu'il en fût ainsi et transportons-nous au début du XX° siècle, en France. Plus précisément, considérons notre capitale. Que voyons-nous ? Nous reconnaissons d'abord un Paris pittoresque et vieillot, celui de la Belle Epoque. C'est donc le Paris des Grands Boulevards et des immeubles haussmanniens, des rues pavées et des réverbères à gaz, des quartiers populaires où rien ne semble avoir changé depuis Vidocq. Mais c'est aussi le Paris des premières automobiles, de l'Art nouveau triomphant, de la fée Electricité qui pointe le bout de son nez. Sur les murs s'étalent des réclames peintes : elles vantent en lettres immenses les biscuits Lefèvre-Utile, les pneumatiques Michelin et le Cachou Lajaunie. Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons, des canotiers ; les dames ont des corsets, des jupes et des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétaradent parmi les fiacres, les omnibus à impériale, les tramways attelés, les charrettes à bras, les cyclistes et les piétons intrépides. Dans les gares crachent, toussent et ronflent d'énormes locomotives à vapeur dont les sifflets, avant le départ, résonnent sous les toitures immenses. Du haut de ses vingt ans, la tour de M. Eiffel regarde une basilique pâtissière pousser au sommet de Montmartre. Ca et là fleurissent des marquises en verre et fonte verte - elles protègent les accès d'un chemin de fer métropolitain qui continue de s'étendre sous terre depuis l'Exposition universelle qui inaugura tant le siècle d'une nouvelle ère.

Voilà pour Paris, en deux mots, tel qu'il fut. A présent, imaginez ...

Imaginez des nuées d'oiseaux multicolores nichées parmi les gargouilles de Notre-Dame ; imaginez que, que les sur les Champs-Elysées, le feuillage des arbres diffuse à la nuit une douce lumière mordorée ; imaginez des sirènes dans la Seine ; imaginez une ondine pour chaque fontaine, une dryade pour chaque square ; imaginez des saules rieurs qui s'esclaffent ; imaginez des chats ailés, un rien pédants, discutant philosophie ; imaginez le bois de Vincennes peuplé de farfadets sous les dolmens ; imaginez, au comptoir des bistrots, des gnomes en bras de chemise, la casquette en guingois et le mégot sur l'oreille ; imaginez la tour Eiffel bâtie dans un bois blanc qui chante à la lune ; imaginez de minuscules dragons bigarrés chassant les insectes au ras des pelouses du Luxembourg et happant au vol des cristaux de soufre que leur jettent les enfants ; imaginez des chênes centenaires, et sages, bavards ; imaginez une licorne dans le parc des Buttes-Chaumont ; imaginez la Reine des Fées allant à l'opéra dans une Rolls-Royce Silver Ghost ; imaginez encore de sombres complots, quelques savants fous, deux ou trois sorciers maléfiques et des clubs privés de gentlemen magiciens.

Imaginez tout cela, et vous aurez une (petite) idée du Paris des Merveilles ... " (PROLOGUE)

MA NOTE : 5/5

Un véritable délice uchronique dans lequel il fait grand plaisir à se plonger et où humour délicat et prose rigoureusement satirique font bon ménage. Une galerie de personnages hauts en couleur que l'on a plaisir à découvrir et à partager les différentes et innombrables péripéties, des lieux qui sont agréables à visiter, à imaginer, bref ce premier tome du Paris des Merveilles est une véritable ode au(x) rêve(s) dont vous ne ressortirez pas indemnes. Lorsque vous croiserez à nouveau un saule pleureur vous vous plairez sans doute à tendre l'oreille, persuadé d'avoir entendu quelques lointains éclats de rire ; lorsque vous apercevrez un chat vous ne pourrez vous empêcher de l'imaginer affublé d'une paire d'ailes et causant avec vous des informations du jour. Vous rêverez alors de visiter un tel monde où la magie côtoie à chaque instant la vie, où chaque chose que vos yeux verront, imagineront, vous invitera au rêve et au voyage loin de notre terne quotidien. Et vous n'aurez qu'une hâte : attaquer le second tome !

Avec tout cela, nous sommes forcés de constater que la réputation de Pierre Pevel n'est absolument pas exagérée ! Vous êtes un grand maître des rêves cher Monsieur ! Et un conteur hors pair qui donne à apprécier notre si belle Histoire sous un autre oeil, appelant chaque enfant qui se terre dans notre coeur d'adulte, en quête de magie pour illuminer notre quotidien parfois trop terne et gris ...

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...