Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...

12 Feb

SLIPKNOT " .5: The Gray Chapter " (10.2014)

Publié par Benedict Mitchell  - Catégories :  #Ambiances

SLIPKNOT " .5: The Gray Chapter " (10.2014)

6. Chiffre éponyme du Mal ... 6 ans qu'on avait rien entendu de neuf venant du célèbre collectif originaire de Des Moines ... et quand on sait ce qu'il s'est passé entre temps, la mort du bassiste Paul Gray entre autre, on comprend d'emblée le choix du titre de l'album.

.5: The Gray Chapter, cinquième album et fière emblème d'une nouvelle direction prise par le groupe, dont le parti pris ici est ouvertement mélodique. Un nouveau chapitre est sur le point de s'écrire ... le titre de l'album est déjà plein de promesses ...

Slipknot ça a toujours été un son reconnaissable entre 1000, rythmé par une double batterie et des percussions maniées par des vrais dingues. Sur scène ça a toujours été une présence formidable et une originalité certaine. Depuis le 3ème album des " Porteurs de Masques ", The Subliminal Verses, Corey Taylor nous avait révélé une maîtrise à la limite du virtuose quand aux différentes possibilités de son chant, plus mélodique. Avec ce dernier album, les écarts entres hurlements déchirants et puissants et douces mélopées sont constants, Corey est en permanence sur le fil, alternant la rage et la fragilité, jonglant avec nos émotions en habile maître de cérémonie qu'il incarne. Parce qu'avec Slipknot, dès qu'on entre dans le côté "mélodieux" on ne fait jamais dans la guimauve, bien au contraire. On plonge dans le malsain, dans la souffrance mais dans ce qu'il y a de plus beau et delumineux.

Le premier single dévoilé avait été The Negative One et à la première écoute j'avais détesté. Le second single, The Devil inI, avec son clip des plus surréalistes, était bien plus prometteur.

Comme quoi il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. En écoutant l'album dans sa totalité j'ai d'emblée changé mon fusil d'épaule, médusée par la qualité sonore et la maîtrise musicale. L'album de la maturité pour Slipknot ? Assurément !!!! Par contre, je pense que la meilleure version est l'édition collector qui se targue de deux titres bonus absolument incroyables et dont on a du mal à s'en séparer !

Alors que dire de plus ? Si ce n'est : écoutez-le ! Bien sûr, il y a toujours des morceaux moins percutants, plus " bourrins " mais après tout dépend de l'humeur dans laquelle vous vous trouverez en l'écoutant ...

Avec l'ouverture de l'album, XIV, Corey nous plonge d'emblée dans l'ambiance : " This song is not for the living, this song is for the dead ", vous aurez aisément compris dès les premiers airs de cet éloge funèbre. Ensuite il vous invite à marcher avec lui dans ce monde de désolation où la folie et les ténèbres sont omniprésentes. Vous voilà prévenu. Et pourtant, la curiosité prendra le pas sur tout le reste, sur la peur et il vous faudra poursuivre ce voyage prometteur ...

Sarcastrophe, le morceau suivant, vous surprendra par sa violence soudaine, sans que vous ne vous y attendiez. Et pourtant, malgré le déferlement des riffs de James Roots et de son comparse, la mélodie reste belle et douce, entraînante. Avec AOV et The Devil in I vous ne serez pas déçu, deux chansons diaboliquement efficaces. Le 5ème titre fait l'effet d'une petite pépite, Killpop, la face lumineuse de Slipknot, magnifique, onirique ... une rêverie éveillée dans cet ilot de désespoir ... qui est cette fille dont Corey ne cesse de vanter la beauté et pour qui il est prêt à tout pour qu'elle l'aime ... tout ? N'oubliez pas que vous êtes face à un groupe de 9 psychopathes masqués, 9 alter ego d'hommes démoniaques, ne l'oubliez jamais ! " Die and fucking love me " vocifère Corey à la fin, vous n'avez toujours pas compris ?

Suivent : le rythmé Skeptic, le percutant Lech, avant de retomber dans la quiétude comme si le paysage se figeait le temps d'une nouvelle rêverie éveillée de 4.35 minutes, Goodbye. " Maybe we can all recognize a moment of silence ", oui Corey, le silence peut-être parfois salvateur et on ne peut pas vivre tout le temps dans le bruit et la fureur ! La seconde partie de la chanson vient vous adresser une petite piqûre de rappel : c'est qu'ils maîtrisent leurs instruments de torture les bougres ! Ils aiment ça et nous aussi du coup !

Les 3 titres suivants n'ont rien à envier au reste de leur fratrie : Nomadic, The one that kills the least, Custer sont tous trois rageurs comme on aime. Be prepared for Hell courte introduction pour la partie finale du tableau : " Be prepared for Hell and I say oh well, just tell me when I can open my eyes and realize I've died ". Les propos de Corey sont des plus explicites : Ces chansons ne sont pas pour les vivants mais pour les morts, ce que vous êtes désormais. Avec The Negative One vient l'heure de la réjouissance et de la célébration : C'est en traversant ce qu'il y a de plus sombre en vous que vous renaîtrez ! Et quoi de plus symbolique que la pluie purificatrice pour vous laver de vos péchés, si c'est ce que vous voulez vraiment : LA merveille de cet album, If rain is what you want, entêtante, mystique .. fermez les yeux et laissez vous guider par votre Charon pour passer le Styx ... Cette chanson ne vous laissera pas de marbre, je vous le garantie ! 6.20 minutes d'extase, le nirvana au coeur de l'Enfer ...

Et enfin, nous arrivons aux deux ultimes titres (bonus) de cette magnifique édition collector, rehaussé de nouveaux masques encore plus effroyables que les précédents, Override, qui semble prolonger l'extase de la piste précédente et qu'on ne se lasse pas non plus d'écouter. Avant l'ultime délivrance de The burden, l'épilogue. " Le fardeau ", vous en êtes-vous débarrassé ? Vous voilà plus seul que jamais, face à votre part d'ombre, perdu dans les ténèbres. Les 9 masques ont tenu leur promesse : vous voilà mort, vous êtes passé dans le royaume souterrain, de l'autre côté du voile .... " I am changing ... you can't see me ", l'expérience vous aura transfiguré à jamais, sans aucuns doutes.

Personnellement cet album m'a changé, m'a nourri et m'a énormément inspiré. Et il m'inspirera encore longtemps. Je n'ai pas honte de dire que c'est le 1er album de Slipknot que je peux écouter d'une traite et en totalité, sans lassitude, contrairement à ses prédécesseurs.

Alors pour .5: The Gray Chapter je donnerai un 9/10, l'oeuvre du combo de Des Moines la plus aboutie, la plus maîtrisée et la plus chargée en émotions à ce jour ! Bravo les mecs ! Encore !!!!

Commenter cet article

À propos

Chers aventuriers égarés, bienvenus dans mon royaume souterrain où le Chaos, les Ténèbres et la Folie sont les seuls maîtres à bord ...